Aller au contenu

logo_adblock.png

 

Soutient UMV et désactive ADBlock sur notre domaine, c'est pas gênant en plus ;)

 

A part ce message quoi :D

logo_adblock.png

 

Soutient UMV et désactive ADBlock sur notre domaine, c'est pas gênant en plus ;)

 

A part ce message quoi :D

Nouvelles rapides
  • Bienvenue sur notre nouveau forum #3.0 !
  • Découvrez notre roadmap pour voir l'avancement du développement

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Dernière heure
  2. Suite au message d'abandon, je vous remercie de l'accueil apporté à ma faction et à vos encouragements !
  3. Background de @Bruce. Ronny Donald Roberson, 40 ans, est un Américain, il est né au Texas plus précisément dans le comté de Houston. Fils de Elysa Roberson et de Larry Roberson. Il vie dans une famille assez pauvre, il traînait donc souvent avec un jeune riche de son école. C'était l'un de ses meilleurs amis, Ronny était du genre à cassé les petites vermines de son école, à ses 15 ans, il commence à traîner dans des p'tits bars de son quartiers. L'endroit où les motards prenaient leurs pause, il voyait à chaque fois ses fameuses Harley's. Il venait d'être tombé amoureux de ses moto, n'ayant aucun argent, mais un ami très riche et Il lui demanda de lui donné 26.000$ pour une Harley. A ses 19 ans, il aura donc sa première Harley, il avait promit à son meilleur ami de le rembourser, mais, il savait qu'il ne pourrait jamais faire cela, chaque jour, son pote lui demandait de le remboursé. C'est pour cela, qu'un jour étant gavé de cette vie. Il pliera ces bagages et il partira en direction de Liberty City (New York) rien qu'avec sa bécane. Avec un peu plus de 2600 kilo mètres qui s'enchaîneront, il s'arrêtera dans des hôtels miteux afin de prendre des pauses. Une fois arrivé à Liberty City, il s'arrêtera dans un bar au coin de la rue, il aura vu beaucoup d'Harley's et de Biker habillé en veste noire, c'est à ce moment là qu'il fera la connaissance de Jimmy Taylor. Ennuyé de cette ville à ses 34 ans, il voulait partir découvrir de nouveaux paysages. Il passera par toutes les villes aux alentours en passant par Houston sa ville natale, il y restera d’ailleurs 2 ans pour rester avec sa famille. Il se dirigera donc vers l'état de la Californie par la suite il ira à San Fierro (San Francisco) pendant 4 ans. A ses 40 ans, il ira enfin donc à Los Santos (Los Angeles) sur le trajet sa moto cassera et il arrivera grâce à des passants. En arrivant il découvre que sont vieux pote Jimmy Taylor est à Los Santos en écoutant la radio et reconnaissant sa voix dans une émission en direct il contacte donc le LSN et tombe sur Jimmy. Il se rejoigne donc pour monté leurs propre bizness.
  4. Aujourd’hui
  5. Désolé pour le message d'en bas, c'est nul.
  6. Sobrevivientes—Covarrubias Organization (street-mafia sous l'influence de la eMe) Sobrevivientes--Covarrubias Organization est une organisation criminelle mexico-américaine sous l'influence de la mafia mexicaine autrement appelée la Eme. L'organisation est fondée à l'ouest de Los Angeles, en Californie à la fin des années 1963. Cette organisation criminelle est reputée pour son omniprésence dans les rues de Los Santos, mais principalement dans celles de Glen Park et le motel de Jefferson, là ou la criminalité a pratiquement triplé depuis que l'organisation de la famille Covarrubias possède le monopole. La réputation de cette organisation n'est pas faussée, les rues qu'ils animent sont extrêmement dangereuses, à causes des activités qu'ils pratiquent, mais aussi à cause du nombre de règlement de comptes qui a également augmenté, 317 morts depuis 2015, selon des associations-journalistes Américaines. Également réputé pour opérer de manières très horribles et glauque dans les activités qu'ils pratiquent, de la violence sanglante, de nombreuses activités aussi légales qu'illégales, le pari, les jeux d'argent, les différents business et entreprises. Edgar "Biasco" Covarrubias Edgar Covarrubias était auparavant un adolescent à fort caractère, sortant régulièrement dehors où, il passa ses journées à vendre des substances illicites avec les autres gang-bangers de son quartier, leur mouvement sous l'influence de la eMe. Il vivait encore chez son père qui lui était un homme d'affaires et était déscolarisé suite au mauvais comportement qu'il aborda au lycée de Gregory McCaine. Egdar était au courant du réseau illégal de trafic d'armes à feu et de drogues que son père tenait et était conscient des risques que sa famille encourait. À 19 ans, il fut arrêté par les services de police et purgera une peine de prison de sept ans et quatre mois pour détention d'armes à feux illégal et détention aggravée de stupéfiants de classe C. Il sort de prison à vingt-six ans, ayant purgé sa peine, il décide de prendre une pause sur le trafic ainsi que les activités illégales, étant à présent dans le collimateur du gang unit. Son père aura pris une peine de prison à perpétuité suite à une enquête menée par le FBI. La mafia mexicaine (communément appelé la eMe) La mafia mexicaine a été créée en 1957 à la Deuel Vocational Institution (DVI) à Tracy, Californie. DVI était la dernière étape pour les pires délinquants juvéniles dans le système SAYA (prison d'autorité pour la jeunesse). Luis «Huero Buff» Flores du gang des Gardens Hawaïens était le fondateur de la mafia mexicaine. Contrairement aux gangs rivaux hispaniques de quartiers de banlieue qui eux entrainait ses membres dans la rue, ce serait une organisation criminelle secrète inspirée de la mafia sicilienne. La EME devait être un gang de prison dans lequel les chefs de leurs gangs respectifs pourraient se regrouper en alliés et en frères. Au début, l’idée du détenu Flores était de recruter l’élite de gangs la plus violente, ceux qui possédait un record criminel prouvé pour son unique gang de gangs. Ses objectifs étaient d'exploiter leurs talents criminels, de les transformer en une organisation criminelle redoutée et de contrôler le système pénitentiaire. L’objectif initial était de contrôler les activités du marché noir et de terroriser la population carcérale de DVI. Bientôt, la violence et le contrôle des activités criminelles par la Eme sont devenus intolérables. Le département pénitentiaire de San Andreas a décidé d'essayer de démanteler le gang en transférant leurs membres dans différentes prisons pour adultes à travers l'État. Mais, cela, au contraite a permis à la EME d'étendre son influence et d'élargir sa base de membres dans toutes les institutions pénitentiaires de l'état de San Andreas (IC). Oscar ''Scary'' Covarrubias Oscar Covarrubias est un mexicano-américain de 24 ans. C'est le plus jeune de sa famille, suivant Ruben Covarrubias qui lui a 25 ans. Il a vécu une enfance brutale et très mouvementée avec ses deux frères. C'était par l'une des familles les plus riches de la ville, mais ce n'était pas non plus les plus pauvres, ils avaient une vie stable suite au trafic et l'héritage de leur père et eux-mêmes. Oscar partait en cours comme tous les autres adolescents de son âge quoiqu'il vendît de la substance dans la rue, influencé par l'ainé de leur famille Edgar. Oscar se sera fait renvoyer de l'établissement de Gregory McCaine, après avoir été trouvé avec un pistolet Glock-17 dans son sac et fut envoyé en prison juvénile pendant 2 ans, où il étudiera des cours de rééducation, chanceux, car il était jeune et n'a pas pu être jugé en tant qu'adulte. Aujourd’hui les trois frères ont 24, 25 et 26 ans. Edgar Covarrubias, l’aîné de la famille, a reçu quelques jours après un appel venant de la prison de Californie ou son père lui expliquera tout ce qui s'est passé, et lui demandera de "s'occuper de ses petits frères a l'extérieur et de tout gérer avec son héritage ", le message était bien passé pour eux. Ruben "Benito" Covarrubias (( Le thread se verra édité pour ajouter le background de Ruben Covarrubias))
  7. Si vous avez des questions, doutes, ça se passe par ici. Pour répondre à une question : Il n'y a pour le moment pas de leader à proprement parler. Disons que je gère la faction le temps qu'un leader soit trouvé de façon IC. On a préféré opter pour ça plutôt qu'une simple reprise faction qui ne fonctionne au final que très rarement. La ou les personnes reprenant le leading se verront donc simplement récompensées de leurs efforts fournis IC. Le RP de cette faction n'était pas des plus simples, je pense que c'est une bonne solution.
  8. Si vous êtes ici, c’est surement que vous êtes intéressé par le roleplay FBI. Autant être franc, le roleplay visé dans cette faction est un RP d'un bon niveau, et il est loin d’être des plus évidents. Comme dans tout autre projet, nous avons comme objectif de se rapprocher au mieux la réalité. Ce n'est par ailleurs pas parce que nous visons un RP d'un bon niveau que nous ne prendrons pas des débutants dans le domaine du RP. Même si nous souhaitons que toutes les démarches se fassent IC pour observer au mieux le roleplay des prétendants, il y a bien entendu un dossier de candidature qui se remplit via le forum. Ce dossier est par ailleurs assez simpliste, et ne dispose pas de lettre de motivation. Comme vous l’avez compris, faire parti du FBI veut dire que vous enquêtez sur les factions illégales, que ce soit les gangs ou les mafias et de ce principe là, avoir une sorte de contact avec de bons rôlistes. Qui dit enquête, sous-entend bien évidemment un dossier à réaliser. Ces dossiers vont donc servir à démanteler un groupe, mais ce n’est pas pour autant que le CK doit être une priorité. Le principal est que l’amusement soit présent, ainsi que la satisfaction lorsqu’on voit un dossier se clôturer. L’implantation du FBI permet aussi une mise en avant du côté illégal, même si ça ne se voit pas. En effet, le but est aussi que les rôlistes de l’illégal disposent de plus de craintes IC, et donc poussent plus loin leur scènes. En effet, nous partons du principe que si le joueur ne dispose pas de craintes, l’amusement est moindre. Votre personnage Nous demandons bien évidemment que le personnage que vous intégrez soit original, sans pour autant qu’il soit extravagant. En effet, la plupart des agents du FBI sont des personnes tout à fait normales, issus de milieux relativement aisés et disposant d’un amour pour leur pays. Un membre du FBI aura également une autonomie totale, et sera amené à travailler à plusieurs reprises en solitaire. Le travail en bureau sera une grande partie de votre roleplay, même si notre division peut donner un peu de peps à votre expérience en jeu. Sachez aussi que le but n’est absolument pas de faire le travail de la LSPD. Le FBI n’est aucunement formé pour participer à des contrôles de routines, mise d'amendes mais pour enquêter directement sur les crimes fédéraux. On se répète, mais nous cherchons à développer au maximum les scènes, en évitant à tout prix le metagame. Pour revenir sur le metagame, nous recherchons aussi des personnes de confiance, aussi bien IC qu’OOC. En effet, nous travaillons dans l’ombre, et nous ne voulons pas que les efforts menés de façon IC soient dévoilés OOC. Pas besoin de préciser que dans la réalité, le FBI comporte l'élite.
  9. Comme avant, j'refais ma pub Cette fois-ci, ce n'est plus les vidéos d'UMV mais un sujet totalement différent vu que ça concerne 'Paladins'. bisous les amis https://www.youtube.com/channel/UC3EfNuhUnHj_ab7wVNOmUzw/videos?view_as=subscriber
  10. A PROPOS DU FBIHISTORIQUE BUREAU OF INVESTIGATIONL'ancêtre du FBI, le « Bureau of Investigation » (BOI), a été créé le 26 juillet 1908 par Charles Joseph Bonaparte-Patterson, petit-neveu de Napoléon Ier. Charles Joseph Bonaparte est alors procureur général des États-Unis sous la présidence de Theodore Roosevelt, pour lutter contre le crime organisé à partir d'un groupe d'agents du United States Secret Service. Son siège était alors installé dans l'immeuble du département de la Justice, à Washington. L'origine même du BOI remonte à la décision de la Cour suprême de 1886, Wabash, St. Louis & Pacific Railroad Company v. Illinois (1886), qui décréta alors que les États fédérés n'avaient pas le droit de réguler le commerce inter-étatique. L'année suivante, le Congrès passa l'Interstate Commerce Act (« Loi sur le commerce inter-étatique », 1887), rendant l'État fédéral responsable de l'application de la loi dans les cas inter-étatiques. Mais jusqu'à l'arrivée de Charles J. Bonaparte-Patterson en tant que secrétaire de la Justice, le département de la Justice se contentait d'effectifs limités pour assurer cette fonction. Bonaparte-Patterson fit alors appel à diverses autres agences, dont le Service secret, afin d'obtenir des enquêteurs, mais, en 1908, le congrès vota une loi interdisant au département de la Justice de faire appel à des employés du Trésor. C'est alors que le secrétaire de la Justice Bonaparte-Patterson créa le BOI en y intégrant ses propres agents spéciaux, issus des Services secrets (lesquels acceptèrent de transférer douze de leurs agents au BOI)[réf. souhaitée]. Ainsi, les agents du FBI étaient originellement des agents des Services secrets, et dépendaient, juridiquement, de l'Interstate Commerce Act de 18874. La première mission officielle du BOI fut de visiter les maisons de tolérance et d'établir des registres de celles-ci, afin de préparer l'application du Mann Act du 25 juin 1910 (ou White Slave Traffic Act, « loi sur la traite des blanches »). Le BOI à pour principal rôle original de lutter contre la corruption5 et contre les « voleurs de terres » qui, dans l’Ouest américain, s’étaient appropriés [Comment ?], avec la complicité de membres du Congrès et de fonctionnaires, des dizaines de milliers d’hectares appartenant à l’État. JOHN EDGARD HOOVER, UN LEADER HORS-PAIRJohn Edgard Hoover a pris la tête de la police fédérale et du renseignement intérieur américain à 29 ans, en pleine Prohibition. Il ne l’a quitté qu’en 1972, l’année où Ray Tomlinson envoyait le premier e-mail de l’histoire… Si sa disparition fut officiellement très regrettée, on gage pourtant qu’elle soulagea pas mal de monde, tant le patron de la police fédérale et de la principale agence de renseignement intérieur des Etats-Unis avait fait en 48 ans de « son » FBI un redoutable outil à collecter des informations compromettantes sur à peu près tout le monde. Au point qu’en 50 ans, de Coolidge à Nixon en passant par Roosevelt ou Kennedy, aucun président n’osa jamais débarquer l’un des hommes les plus redoutés de l’histoire des Etats-Unis. Que le siège du FBI, à Washington porte le nom de son ancien directeur n’a rien d’étonnant : Hoover a littéralement façonné l’agence à sa façon pour en faire une machine redoutablement efficace – le plus souvent. Dès ses débuts, Hoover s’est lancé dans ce qui reste comme combat de son existence, la lutte contre le communisme. Dès la première Peur Rouge, après la première guerre, c’est lui qui se charge d’organiser les grandes rafles lancées contre les militants des milieux anarchistes et d’extrême-gauche, en 1919-1920. Repéré, il est nommé en 1924 à la tête d’une agence gouvernementale alors vieille d’à peine vingt ans, le Bureau of Investigation. En quelques années, le jeune homme démontre des qualités d’organisation hors du commun. Au prix d’une purge relativement brutale, il professionnalise le Bureau et met en place des conditions drastiques de sélection pour les fameux agents spéciaux (Fox Mulder, Clarice Starling, Dana Scully et Dale Cooper, si vous nous lisez…), triés sur le volet et formés dans une académie ad hoc à toutes les ficelles de leur métier. Si tous ses agents (les G-Men, pour government’s men) sont alors exclusivement des hommes blancs, l’image de l’enquêteur tiré à quatre épingles, sportif et surdiplômé s’installe dès cette époque. Recrutés pour leur intégrité, les hommes de Hoover lui sont aussi d’une fidélité à toute épreuve. Lorsque le BOI devient le Federal Bureau of Investigation en 1934, Hoover la dote du plus colossal fichier d’empreintes digitales du monde et obtient les financements nécessaires pour fonder un laboratoire médico-légal de pointe, sans équivalent au monde. Année après année, il en fait une machine performante dans la lutte contre les crimes fédéraux comme en matière de renseignement intérieur. LE FBI APRÈS LA GUERRELors de la guerre froide, la cible prioritaire officielle du FBI fut les réseaux du bloc de l'Est (arrestation de l'espion Rudolph Abel en 1957). Toutefois, l'agence ciblait aussi tous les mouvements « dissidents » des États-Unis, du Ku Klux Klan au Parti communiste des États-Unis et aux divers groupes du mouvement des droits civiques. Ainsi, lors de l'opération secrète de renseignement COINTELPRO, programme en œuvre de 1956 à 1971, le FBI surveillait, avec l'aide de la National Security Agency (NSA), beaucoup de mouvements d'opposition. Révélé par la Commission citoyenne d'enquête sur le FBI, un groupe de gauche qui avait cambriolé des bâtiments du FBI pour récupérer des dossiers classifiés, le programme COINTELPRO a été sévèrement critiqué par la Commission Church de 1975. La surveillance du FBI s'étendait aussi aux membres du gouvernement. Ainsi, Hoover ordonne à ses agents d'effectuer une enquête à propos de Jack Valenti, nommé conseiller spécial du président Lyndon Johnson juste après l'assassinat de Kennedy le 22 novembre 1965. L'enquête visait notamment à déterminer si Valenti était homosexuel, une accusation qui suffisait alors à briser une carrière (le conseiller de Johnson Walter Jenkins dut ainsi démissionner peu de temps avant l'élection présidentielle de 1964 pour cette raison). Hoover utilisait en effet les informations sur les élites obtenues par ses agents dans le cadre de ses tractations avec la Maison Blanche. L'APRÈS MORT DE HOOVER En 1975, après la mort de Hoover, le FBI s'installe dans son nouveau quartier général, baptisé « John Edgar Hoover FBI Building » en la mémoire de son inamovible directeur. Le Congrès vote aussi une loi limitant la durée de fonction des directeurs du FBI à un maximum de dix années. Au moins deux de ses agents étaient en poste en Amérique latine : Dan Mitrione, qui est enlevé et assassiné en 1970 par les Tupamaros uruguayens, et Robert Scherrer, qui fut l'un des premiers Américains informé de l'existence de l'opération Condor et transmis des renseignements obtenus via celle-ci afin que le FBI interroge aux États-Unis des militants présumés exilés. D'après Manuel Contreras, le chef des services de renseignement chilien qui supervisait l'opération Condor, la CIA et le FBI étaient informés de la base de données utilisée dans le cadre de l’opération, lui ont fourni des informations et l'ont elles-mêmes utilisées. Le Hostage Rescue Team (« équipe de secours des otages »), une unité d'élite du FBI, chargée en particulier de la lutte antiterroriste et des crimes majeurs, fut créée en 1984 afin de préparer l'organisation des Jeux olympiques de 1984. Comme dans d'autres pays (dont l'Europe, avec la création de TREVI), la création de cette unité, qui travaille avec le SWAT, fut influencée par la prise d'otages des Jeux olympiques de Munich en 1972. La même année, le CART (Computer Analysis and Response Team) est créée pour s'occuper des problèmes de sécurité informatique. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, la guerre froide prenant fin avec la chute du Mur de Berlin en 1989, 300 agents du FBI consacrés au contre-espionnage ont été ré-assignés dans des missions de prévention des crimes violents, désignés comme sixième priorité nationale des services de police. Le budget du FBI est alors amoindri, et le FBI se charge de plus en plus de missions d'assistance aux forces de police locales dans la traque des suspects franchissant les frontières des États fédérés. Le FBI poursuivit aussi le développement de ses activités de police scientifique, initiées dès 1924 avec un système de dactyloscopie (empreintes digitales), en analysant l'ADN. À la suite de l'attentat du World Trade Center en 1993, le FBI se concentre à nouveau, entre 1993 et 1996, sur la lutte antiterroriste. En 1993, il gère aussi les négociations avec les Davidiens lors du siège de Waco, qui aboutit à la mort de 82 personnes. Il enquête ainsi sur l'attentat d'Oklahoma City (1995), et arrête en 1996 Unabomber. Par ailleurs, depuis 1994, en cas de bavure policière aux États-Unis, le FBI peut être chargé de l'enquête. En 1998, le FBI crée le CITAC (Computer Investigations and Infrastructure Threat Assessment Center pour le Centre d'enquêtes informatiques des risques de menace des infrastructures) et le NIPC (National Infrastructure Protection Center pour le Centre national de la protection des infrastructures) afin d'augmenter ses capacités en matière de sécurité informatique et de lutte contre le cybercrime. L'agence fédérale augmente aussi ses capacités de surveillance électronique, s'adaptant aux évolutions des télécommunications. LA DESTRUCTION DU WORLD TRADE CENTER DE NEW YORK ET LE FBI DEPUIS LE 11 SEPTEMBRE 2001 Le Patriot Act américain donna un pouvoir accru au FBI, notamment via l’usage des Lettres de Sécurité Nationale (NSL), obligeant toute personne physique ou morale, à lui transférer toute donnée personnelle intéressant le Bureau, sans avertir la personne concernée par cette surveillance. Le Bureau a ainsi utilisé de façon exponentielle ces NSL, en distribuant 200 000 de celles-ci, entre 2003 et 2006. Par ailleurs, le FBI a procédé entre 2002 et 2006 à la récolte illégale de données concernant plus de 3 500 appels téléphoniques, faits sans NSL, visant entre autres des journalistes du Washington Post (Ellen Nakashima, qui était basée à Djakarta) et du New York Times (Raymond Bonner et Jane Perlez, également basés dans la capitale indonésienne). Fin 2003, le président Bush et John Ashcroft, le ministre de la Justice, ont autorisé les agences à conserver les données acquises via les NSL, alors qu’elles étaient auparavant détruites si elles concernaient des personnes innocentées par la suite. Ils ont même ordonné que ces données soient enregistrées sur des systèmes de traitement de données, à des fins d’exploration (mine de données) tandis que l’ordre exécutif 13388 (Further Strengthening the Sharing of Terrorism Information To Protect Americans) étendit l’accès à ces bases de données au gouvernement fédéral, interétat et régional, ainsi qu’aux « entités appropriées du secteur privé », entités non définies. Fin décembre 2003, l’Unité d’Exploitation Proactive des Données, dirigée par Gurvais Grigg, fut envoyée à Las Vegas, placé sous alerte orange, afin d’analyser les données concernant tous les visiteurs de la ville, à la recherche de liens éventuels (coups de téléphone, etc.) à des personnes soupçonnées de terrorisme. En janvier 2004, le FBI a mis sur pied l’Entrepôt des Données d’Investigation, basé sur le logiciel Oracle utilisé par la CIA, afin d’exploiter ces données. Les instructions ministérielles d’Ashcroft permettaient aussi, pour la première fois au FBI, d’intégrer les données provenant des deux filiales de Reed Elsevier, Lexis Nexis et Choice Point, qui combine des données personnelles provenant du secteur privé et public, à ses systèmes de traitement (les précédents ministres de la Justice considéraient que cela violerait le Privacy Act), de 1974.
  11. A PROPOS DU FBIFBI ACADEMY  INFORMATIONS L'Académie du FBI est le centre de formation et de recherche du Federal Bureau of Investigation en matière d'application de la loi situé près de la ville de Quantico dans le comté de Stafford, en Virginie. Exploité par la Division de la formation du Bureau, il a été ouvert pour la première fois en 1972. En plus de former de nouveaux agents du FBI au métier, la Division de la formation forme également des agents spéciaux, des analystes du renseignement, des agents d'application de la loi et des agents de la lutte antidrogue. L'Académie offre plusieurs programmes de formation, dont : Armes à feu, conduite en véhicules, survivre dans des endroits difficiles et l’application des lois dans le département. Des unités d'élite telles que l'équipe de sauvetage des otages (HRT), les équipes d'intervention en cas d'incident et d’urgence (ERT), le SWAT et environ 1 000 chefs de police sont réunis au FBI Academy et utilisent ses installations pour améliorer leur formation afin d'acquérir de nouvelles compétences. Une nouvelle caractéristique des installations de l'Académie est un centre d'entraînement aquatique récemment rénové avec un système de filtration de haute technologie et des communications numériques entre l'équilibre eau/chimie, qui sont 90% plus efficaces. Les classes aquatiques sont utilisées pour augmenter l'endurance cardio-respiratoire, la force musculaire, la flexibilité, la puissance et la vitesse. Alors que les nouveaux agents stagiaires utilisent l'installation pour acquérir des compétences en sauvetage, les unités plus importantes, comme les officiers du HRT, reçoivent plus de 450 heures de formation qui comprennent de la plongée sous-marine avancée, de la plongée de nuit, de la plongée de sauvetage et de la nage de sauvetage dans les installations. Les stagiaires du FBI et de la DEA ont également des cours axés sur la condition physique, les techniques de base de survie en mer et le travail d'équipe.
  12. Fait pas attention à ça 😂😂 t'as l'oeil.
  13. T'aurais quand même pu prendre une autre photo que ça : Y'a une putain de voiture tortue qui twerk, CJ sur une Autruche, des chevaux dans le moteur, la statue de Rio qui vole et un truc qui ramasse un cercueil.
  14. Ca bouge pas, on va continuer à envoyer de la patate dans les jours qui suivent !
  15. Hier
  16. Oh, ça envoie de la qualité par ici! Continuez, très cool ces séries de screen.
  1. Charger plus d’activité

Annonces

  • Mise à jour 3.0.2 ce dimanche ! Plus d'informations sur notre Discord ou sur notre forum.


×
×
  • Créer...