Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript![ ? ]
UMV-RP | Forum

 Gwenn Palmer

:

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Gwenn Palmer
« le: 07 02 2017, 12:23:51 »
Celui qui me trouve de quoi c'est inspiré gagne 2000$.



Sinistre Amour

assise dans un coin, elle essaie de respirer laborieusement, l'air montant et descendant dans sa gorge en de petites foulées sonores, haletante, mais cela ne change rien a ce qu'elle ressent présentement.
Pendant cet instant, elle a l'impression de se noyer dans l'angle de la piece, que les murs se resserent autour d'elle, tandis que ses yeux restent rivés sur le livre de poche déchirés, qu'elle lisait jusqu'a l'arrivée de son Mari Dorcas.
Non pas qu'elle s'en soucie, la douleur est trop forte pour qu'elle s'ingénie de problèmes mineurs tels qu'un livre brisé ou même respirer.

La douleur l'as engloutie comme une baleine a engloutis jonas dans la bible, pulsant en son sein comme un soleil empoisonné, brulant au plus profond d'elle même. Elle ne se souvient pas avoir autant souffert, même ce jour ou, voulant eviter un nid-de-poule sur la route, elle fit un ecart en velo, tombant tête la première. Son crane avait heurté la chaussée violement et elle avait reçu quelques points de suttures.
Elle se rappelait de la decharge de douleur aveuglante, puis plus rien jusqu'a ce qu'elle se reveille a la maison, mais rien a voir avec ce supplice atroce.

La main qu'elle pose sur son ventre, enregistre qu'elle n'est plus de chairs, c'est comme si on avait decousu son ventre pour remplacer son bébé par un caillou.
Brusquement, elle se rend compte que sa respiration est plus ample, plus simple, et son esprit enregistre que le bébé ne va pas bien.
L'autre en tout cas s'est arrangé pour qu'il en soit ainsi.
Quand on est enceint de quatre mois, l'enfant est partie plus amplement de vous même que vous ne le voudriez, et quand vous êtes assises dans un coin, les mèches de cheveux collées au front, suppliant Dieu que ce ne soit que de la sueurs qui coulent sur vos cuisses, vous esperez qu'il vous entende.
Ca fait la troisieme fois qu'il lui tape dessus, elle se dit qu'elle s'est peut être pissé dessus par inadvertance sous la douleur et la terreur.
Sauf que ce n'est ni de la sueurs, ni de l'urine, mais du sang. Tandis qu'elle est assise dans un angle de la salle a manger, les yeux toujours fixés sur le livre de poche déchirés, une partie sur le canapé, une autre au milieu de la piece, son utérus prêt a vomir ce qu'elle a porté pendant quatres mois.

L'ombre déformé de son mari, etiré sur un mur de l'arcade de la salle de séjour, l'ombre d'un téléphone portable collés a son ombre a lui.
Sa première pensée est qu'il appelle la police, mais elle chasse vite cette pensée de son esprit, La police, la loi, c'est lui.
Elle entend alors ce qu'il dit: "Allo, les urgences? oui, je vous fiche mon billet que c'est urgent, connard, ma femme est enceinte." Cette simple pointe d'irritation dans la voix, suffit a la terrifier, emplissant sa bouche d'un gout de fer.
Qui donc se permet de le contredire et de le mettre en colère?!
Qui est assez fou pour s'y essayer?
Surement quelqu'un qui ne le connait pas, pas comme elle en tout cas.
"Evidement que je ne vais pas la bouger, vous me prenez pour un imbécile ou quoi?"

Ses doigts glisse jusqu'a l'ourlet de sa robe, allant jusqu'au coton de sa culotte imbibée de sang. Elle supplie de nouveau, combien de fois n'as t'elle pas suppliée ainsi? dix fois? cents fois? Elle ne le comptes même plus.
Elle retire sa main et voit le bout de ses doigts rouge de sang, et pendant qu'elle regarde, une crampe monstrueuse lui tord le ventre.
Elle serre les machoires pour etouffer un cri, tandis que la voix de son mari, irrité retorque:
"Laissez tomber ces conneries, et rammenez vos culs ici"

L'ombre grandit et vacille sur le murs, il est dans l'encadrement et il la regarde. Son beau visage empourpré de colère semble n'avoir aucune expressions dans ses yeux.
Aussi vide et inexpressif que deux tessons de bouteilles, il crache avec mepris:
"Regardez moi ça, Regarde ce putain de gachis..."
Elle tend la main pour montrer l'extremité sanglante, montrant une accusation explicite, mais il detourne la tête pour regarder le livre de poche.
Il ramasse la moitié posé sur le fauteuil et attrape l'autre, sous la table basse, puis commence a l'agiter vers elle comme on agiterais un journal vers un chiot ayant fait une bêtise.
"C'est ca le problème, Gwenn, ces conneries, combien de fois t'ais je dit de ne pas lire ce genre de foutaises? Je t'ai deja dit ce que j'en pensais, non?"
JAMAIS, telle serait la réponse si elle pouvait parler. Elle aurait tout aussi bien pus se trouver dans cette même situation, si il l'avait trouvée en train de regarder les informations a la télévision, ou en train de recoudre un bouton a une de ses chemises.

Il a des embêtements en ce moment, une femme du nom de Wendy Yarrow en est a l'origine, et dans ces cas là, Dorcas ne trouve rien de mieux que de s'en defausser sur les autres. Combien de fois t'ai dit ce que je pensais de ces conneries, voila ce qu'il aurait dit dans n'importe qu'elle situation.
Puis, avant de jouer des poings, il aurait laché: "Va falloir qu'on ai une discution entres quat'zyeux, mon chou."

Elle se repris et croassa d'une voix rauque de douleurs: "Tu ne comprend pas? je perd le bébé..."
Ce salopard sourit avant de lacher: "Tu pourras en avoir un autre, pas grave"
Il parlait comme a un gosse qui avait laissé tomber sa boule de creme glacée sur le sol, puis il se tourna, lachant le livre dechiré dans la poubelle, tandis que les crampes revenaient, non pas une mais par vagues successives.
Il revient, et pendant un instant, elle pense qu'il va la tuer, tandis qu'il s'agenouille près d'elle, qui tente de reculer et voudrait sincèrement que le mur puisse reculer.

Il y a quelque chose s'inhumain dans la facon dont il la regarde, on dirait un insecte regardant une proie.
Avant que la nouvelle génération n'appele des hommes comme son mari, des flics, on employait un autre terme pour les qualifier. Et celui qui lui vient en tête alors qu'il s'avance vers elle, est "Taureau".
Elle gemit, secoue la tête et pedale dans le vide, alors que son corps rejette ce qu'il convient a l'interieur d'elle même.
"Je ne vais pas te faire de mal, sauf si tu m'y oblige, Gwenn, je ne t'ai jamais battue sauf si tu m'y obligeais, tu le sais très bien".

"Je saigne"

"Ouaip, je sais" dit il en regardant un lieu possible d'accident pour couvrir son forfait, "ca va s'arreter, ils vont arreter le saignement".
Il la soulève et la porte sur le lieu adequat, puis va vers la cuisine, et le pire: il fredonne un air, tandis qu'il revient, un sandwich a la main, une eponge dans l'autre pour effacer le sang a l'endroit ou l'altercation a eu lieu.
On entend alors que ululement lointain d'une sirène, il se dépêche tandis qu'elle sens le sang s'ecouler plus vivement, prenant partis de son mari pour mentir sur ce qui s'est passé.

Elle le vois s'eloigner, et aller ouvrir...il chuchote cependant avant d'y aller.
"Je suis désolée, c'est a cause de cette salope au motel", mais son air semble dire : Regarde ou j'en suis venu, pfuiii
Elle l'entend au loin, dire aux ambulanciers "elle a raté une marche, elle est tombée dans l'escalier...
Il revient avec eux, mais son regard indique qu'elle a interêt a se taire...elle sais ce qu'il fera sinon...Il prend une dernière bouchée de son sandwich tandis qu'elle est transportée vers l'ambulance en urgence.
Il vient lui tenir la main et murmure: " Ne t'en fait pas Gwenn, c'est qu'un detail, un bébé...tu en fera d'autres".

Su le moment, elle aurait voulu une aiguille pour les planter dans son oreille, pour lui enfoncer dans les yeux....elle le hait, elle le hait a mort.
Elle a envie de lui retorquer; "ok, j'en aurait un autre, mais loin, loin de tes mains d'assassins". Seulement, elle n'en a pas le courage...
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Gwenn Palmer
« Réponse #1 le: 07 02 2017, 12:44:39 »


Reveil clair

Ce furent ainsi 14 ans d'enfer, mais ce fut a peine si elle s'en rendit compte.
Ce fut comme si elle etait dans un etat d'hebetudes complet, walt disney chez Dante, un etat second qui lui fit dire qu'elle ne vivait pas sa veritable vie.
Elle avait eu une côtes cassée en plus de la perte du bébé. Elle raconta le mensonge de son mari, et elle revint a la maison, trois mois plus tard, sans qu'il n'ai rien fait. La vaisselle etait un monçeau de crasses, pleins de pizza et de canettes de biere jonchaient le sol carrelés.

Malgré son retour, elle savait ce qu'il attendait et elle se mis au travail. Elle se souvenait de ses nuits a regarder le plafond de l'hopital, les nuages gris passant aux fenêtres. Mais qu'aurait elle pus dire? qu'un flic de mari la frappait? on l'aurait cru lui, qui etait si agreable, si aimé de ses collègues et amis.
Elle s'etait enfermée dans cet enfer a ses 18 ans, pous s'en reveiller 14 ans plus tard, et ce qui la reveilla fut une simple goutte de sang sur le fond du drap blanc.
Elle n'avait plus qu'un fond blanc, et elle savait que si elle ne coordonnait pas les draps, il allait avoir une petite discution entres quatres yeux, elle la paresseuse, l'imbecile.

Il la frappait rarement au visage, le visage etant trop visible, il n'etait pas idiot. Non, c'etait son ventre, ses cuisses, ses cotes qui subissaient, parfois pour rien, une irritation.
Pour son mari, les mecs qui frappaient au visage n'etait que des alcooliques imbéciles, trop cons, c'etait ceux qu'on arretaient par centaine au poste.
Le visage c'etait risquer des ennuis, même si la femme ne parlait pas, les voisins, eux parlaient si cela se voyait trop.
Dans cette maison, on ne criait pas, on ne hurlaient pas, on ne discutaient pas avec le patron, et on ne vomissait pas par terre, même si viens de vous flanquer un coups de pied a l'estomac.
Surtout si on tient a avoir la tête encore vissée sur les epaules.
C'est pour cela que son ventre et son dos etaient une des cibles favorites de ses violences.
Le pire etait les traces, celles de morsure qu'il lui infligeait lors de leurs rapports sadiques. Elle le haissait mais elle avait peur de mourir.

Pourtant en cet instant, sa tête bourdonna. Elle fixait la goutte de sang séché dans le lit deux places.
Etait ce sur qu'il la tuerait? Elle s'etait infligée cela pendant 14 ans. Est ce que cela allait continuer?
Quatorze ans qu'il dit qu'on va avoir une conversation serieuse, quatorse ans avec une raquette de tennis, une machoire fracturée, trois cotes cassée, une fausse couche, un bras félé.
Les pinçons, les coups, les morsures, les viols....Elle ferma les yeux.

Elle tenta de se raisonner, où irait elle? même si elle fuyais, il la retrouverais. Il est flic.
Il la trouvera et la rammenera...
Pourtant, machinalement, elle se releva, laissant les draps en plan. Elle se retourna et alla vers le sejour, descendant les escaliers.
Elle ouvrit le placard et fouilla dedans, se demandant ce qu'elle faisait. Quelque chose la poussait a agir mais quoi?
Elle pensa a Mme Diamond en bas de la rue avec son visage flasque et sa jambe raide... voulait elle finir comme ça? NON
Elle pris la carte de credit qu'il laissait toujours dans son placard bien rangé, puis sortit du sejour, remonta vers la chambre, et pris un sac, son manteau, et ses baskets.

Peu importe ou elle irait, même sous les ponts, ca n'avait aucune importance...La main sur le bouton de la porte, elle regarda une dernière fois sa maison, puis elle la ferma derrière elle, laissant le silence dans cet enfer.



"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne - TYRΘИ

  • ┌∩┐(◕_◕)┌∩┐
  • *
  • 865
    • Voir le profil
Re : Gwenn Palmer
« Réponse #2 le: 07 02 2017, 12:52:27 »
moi jai juste une question, tu écris vraiment touuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut ça??

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Gwenn Palmer
« Réponse #3 le: 07 02 2017, 14:18:01 »
ouip, en m'inspirant d'un roman que j'ai lu hier :)
J'avais trouvé le personnage feminin et l'histoire géniale.
Quand j'ai de l'inspiration, ca va vite, sinon c'est l'horreur, la preuve, j'ai eu du mal pour le second texte car je ne savais pas le terminer correctement.
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne - TYRΘИ

  • ┌∩┐(◕_◕)┌∩┐
  • *
  • 865
    • Voir le profil
Re : Gwenn Palmer
« Réponse #4 le: 07 02 2017, 16:24:44 »
aauch t'es déter, j'ai lu que la première partie, trop long pr moi

Hors ligne Erdogan Wolffhart

  • *
  • 408
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Erdogan Wolffhart
Re : Gwenn Palmer
« Réponse #5 le: 07 02 2017, 17:48:17 »
Sympa ! Très agréable à lire ;)

Hors ligne Tagel

  • *
  • 1252
    • Voir le profil
Re : Re : Gwenn Palmer
« Réponse #6 le: 07 02 2017, 18:57:51 »
aauch t'es déter, j'ai lu que la première partie, trop long pr moi

Hors ligne Xianoly

  • [FI | Gaelics LS Rippers]
  • *
  • 779
  • Médecin légiste non diplômé et par intérim.
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Maxime & Leila Xianoly | Chee Gorwitz
Re : Gwenn Palmer
« Réponse #7 le: 08 02 2017, 11:16:16 »
J'ai tout lu, et c'est énorme ! :)
Continu comme ça !  :D

(Sinon, moi j'dis Siboy le démon :

M'approches pas de trop prêt!  ???)
Xianoly - Membre de confiance

Disponible par TeamSpeak ou par Message Privé sur le forum.

Bon jeu à vous sur Une Meilleure Vie RolePlay !

*Maxime Xianoly lève son chapeau en velours noir légèrement au-dessus de sa tête, puis le repose délicatement de sa main droite
[Vietnamien] Maxime Xianoly dit : À bientôt!

Hors ligne Tagel

  • *
  • 1252
    • Voir le profil
Re : Gwenn Palmer
« Réponse #8 le: 08 02 2017, 18:08:20 »
Mdddrr,  attention l'démon est parmi vous.

« Modifié: 08 02 2017, 18:40:08 par SIBOY. »