Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript![ ? ]
UMV-RP | Forum

 Marble Quinn, une vie de chien

:

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Marble Quinn, une vie de chien
« le: 10 08 2015, 15:46:31 »
Quelque fois, je me pose toujours une question: "Qu'est ce que j'ai bien pus faire a Dieu pour qu'il me pourrisse la vie a ce point?"
Merde, j'ai rien demandé moi, je ne fais que subir cette société pourrie et tout cela pour quoi? parce que je suis née dans les bas-fonds de l'Etat de San Andreas? Pourquoi devrais je subir tout cela? Pourquoi certains peuvent se prélasser au soleil alors que moi, dès qu'on sais que je vit du chômage, on me traite de parasite? C'est pas moi, le parasite, moi je survit, mon gars, c'est eux, tout ces connards qui vivent comme des Roi sur Vinewood ou dans les Quartiers huppés de San Fierro.

La vérité mon pote, c'est qu'on se fait enfler du matin au soir.
La majorité des gens sont des cons, des veaux, ils prônent la valeur "travail", une foutaise et un mensonge, les mecs qu'on du pognon, c'est pas par le travail qu'ils l'ont eu...enfin si, mais pas le leurs et cela, ils ne te le disent pas. T'es un putain d'esclave mon pote, tu crées toute la richesse, toute la valeur de ce monde et comment t'es remercié? En bouffant de la merde qui t'empoisonnes, en buvant de l'eau qui à 30 ou 50 ans, te filera soit un Alzheimer, soit fera de ton gosse un autiste, ouaip, mon gars. Et je te parle même pas de ta paye de misère.
Tu crées la richesse et t'es payé une clopinette, alors que ce que tu crées, toi tu va le racheter et a 10 ou 20 fois le prix de la production, une vrai arnaque. Et ils sont tous dans le coups !!

Les Flics protègent avant tout les riches, normal, frère, les lois sont faites par et pour cette caste qui se croit supérieure.
Ok, y a de bon flics mais y en a pas mal de pourri, et vu le taux de suicides chez nos chers fonctionnaires, je crois que les mauvais sont en train de gagner.

Les politiciens travaillent avant tout pour leurs pommes, t'as vu les derniers scandales et autres pourritures qui se pavanent, cherche pas mec, eux c'est des vendu, voila pourquoi je vote plus depuis maintenant 15 ans.
Le probs, tu vois, c'est qu'on a fait croire aux prolos de base qu'ils etaient de la classe moyenne et a la classe moyenne qu'ils etaient des bourges. Et regarde maintenant, les Subprimes sont passés, la crise est là, c'est le reveil avec la gueule de bois.
Et tu crois que les gens deviendraient intelligent? Non, mec, ils accusent les pauvres, les sans-abris ou les Working poors d'être responsable de la crise. Mon cul ouai, Qui a magouillés tout ces contrats en s'en mettant plein les poches au passage et en foutant toute ses familles a la rue dans une majorité d'Etats du Pays? les Banques avec l'aval des politiciens.

Tu vois, les Pères fondateurs avaient imaginés un pays, ok, ils ont massacrés une partie de mon peuple au passage et pour cela, ils méritent de griller en Enfer, mais quand tu regardes bien, ceux qui ont massacrés, c'etait les puissants, les possédants, les riches, C'est eux qui ont envoyés les pauvres de leurs pays chez nous...et ils se sont tout appropriés. Avant, on etaient libre, mon ami, aujourd'hui, on a juste le droit de la fermer, surtout si y a des keufs dans le coin, sinon direction la taule.
On a plus le droit de cultiver nos plantes, plus le droit de parler nos langues, plus le droit de reverer nos dieux, et je ne te parles meme pas des terres pourries qu'ils nous ont donnés. Ils ont même pourris la pensée libre de mon peuple. Regarde bien où on vit mon pote, dans des bidons-villes, dans des caravanes pourries, l'alcoolisme et la drogue fait des ravages chez nous...et eux nous traitent de parasites et de feignasses tout en chouinant quand les mexicains et les cubains immigrent chez nous, en les traitant d'envahisseurs?
C'est eux les envahisseurs, mon ami...et c'est eux qui aujourd'hui empoisonnent le peuple americain tout en lui faisant croire qu'il l'aide et le sauve.

Où je suis né? A Fort Carson dans le Comté de Bone, entre San Fierro et Las Venturas. Mon père...je saurais pas dire qui c'etait, ni ma pute de mère etait LakotaDes communautés rurales plutot sympa mais la crise a été assez mortelle là bas, nombres de gens ont perdus leurs maisons, la plupart sont partis dans les villes pour trouver du travail. Au final, tout cela pour quoi? Peau de balles, ils ont plus rien, plus de maisons, plus de terres, rien que de la poussière.
Personnellement, je rêve de reprendre Las Brujas, une terre de mes ancêtres, et de faire les recherches que je voulais. Y a des légendes, mecs, de vieilles légendes sur Yig et sur ce que les anciens ont pus cacher dans le desert, faudrait juste pouvoir trouver tout cela, trouver le tresor, et reprendre nos terres.
Vu qu'ils ne comprennent que l'Argent, ils ne seront pas contre...
Je sais pas ce que je cultiverais, peut etre du Peyotl ou encore de l'Iboga ou du Cactus de San Pedro.

Tu sais mon rêve mec? Creer un grand pays pour les miens, ce serait p'tête possible avec l'aide de l'American Indian Movement, le problème c'est le BIA, ces mecs ont toujours tués mon peuple pour le compte des riches, Les Fédéraux c'est de la merde mon pote, des fouilles-merdes qui seraient prêt a vendre père et mère pour du fric et du pouvoirs.
Et le BIA, c'est une de leurs branches au FBI, le Bureau des affaires indiennes, un peu comme pour ce qu'ils ont montrés a X-files avec le Bureau des affaires non-classées. Sauf qu'ils disent que cela n'existe pas. En fait si, sauf que c'est le BIA, mon pote.

Alors tu vois, faut pas croire ce que te dises les médias, les Extra-terrestres, faut pas y croire, meme si la Zone militaire proche, on peut se poser des questions, mais en fait, c'est des trucs militaires pour emprisonner et tuer le peuple, pas que le miens, mon pote, mais tout les mecs comme toi et moi, tout les pauvres hères qui gagnent moins de 7500 $ par mois, les pauvres, les indigents, tout ceux qui survivent et qu'on enferment, tuent, terrifient pour pas qu'ils se révoltent.
Ce pays est la honte des Pères fondateurs, notre liberté de nous revolter est dans la constitution mais les possédants ont tellement peur, qu'ils font tout et feront tous pour qu'on se taisent ou qu'on crèvent.

"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Jeff' ॐ

  • *
  • 3238
  • The only one.
    • Voir le profil
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #1 le: 10 08 2015, 15:54:48 »
Histoire original, j’adhère.

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #2 le: 10 08 2015, 16:08:03 »
Si certains se posent des questions sur son Etat mental, c'est normal, c'est voulu :)
Je voulais une native american assez nationaliste, un peu a la manière de The Truth.
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #3 le: 15 10 2015, 14:35:18 »
Quinn ferma le frigo, pris le thé glaçé et le posa sur la table a manger posée dehors, près de la Caravane.
L'odeur du Barbecue se faisait sentir aux alentours et près d'elle, jouaient les enfants.
Assise sur sa chaise longue, Abby Syoui surveillait les jeux, tandis qu'elle attendait sa fille.
- Alors, comment cela se passe finalement a Los Santos?

Quinn se versa un verre avant d'en servir un a sa mère dans un certain silence, avant de répondre.
- Compliqué.

- Compliqué? Je te rapelle que tu devais trouver un travail sur place, pas comme a Las Venturas, puis reprendre Garrett !

- Ecoute, la situation est Compliquée, je ne peux pas reprendre Garrett pour le moment, d'accord !

- Quinn, je ne peux pas garder ce gamin, il arrive a un âge où il a besoin de grand air, de jeux, d'amis, la ville serait tout indiquée.

- Ho pitié, ne me fait pas la morale, hein ! Tu touches les allocations plus ce que je t'envois par mois, alors ne me fait pas rire sur la difficulté d'élever un gamin !

- Je ne peux pas être derrière lui a tout bout de champs !

Quinn soupira et pris une nouvelle gorgée, son regard se perdant vers le desert.
- Ecoute, si je le prend avec moi, ce serait dangereux, ok?...en plus, j'ai envie qu'il s'en sorte, pas comme moi....il est doué pour les études selon sa maitresse.

- Oui, aussi doué que toi, lacha cyniquement Abby, On vois ce que cela à donné.

- Ho merde, commence pas a me faire chier avec ça !


- Ah oui? tu pouvais te trouver un bon job, une bonne situation, mais non, il a fallu que tu rencontres ce Sullivan, et que tu nous pondes ce chiard, personne n'as voulu de toi ensuite, a cause de cette affaire !

- C'est du passé, maman, ma situation actuelle est nouvelle, ok?

- Nouvelle? Si encore tu parvenais a marier un vrai type et pas une espece de ...taré

- M'man j'ai pas envie d'en parler...pas quand il est là

- Bon très bien, alors parle moi de ta situation a Los Santos.


Quinn but une gorgée et posa le verre un peu plus brusquement qu'elle ne l'aurait voulu.
- Tu veux savoir? Très bien, j'ai commencé mon job de P.I a Los Santos.

- Ah bah voila...au moins les primes doivent bien payer, tu as ton port d'armes au moins?

- Ouai Ouai, t'inquiete....sauf que...j'ai arreté!

- Quoi?
, Abby fit un facepalm pendant quelque seconde avant de regarder sa fille, dit moi que tu as trouvé du travail !

- Non....,
fit Quinn d'un air contrit.

- Donc tu recommences !

- Non
, affirma Quinn, rien a voir.....j'ai fait une approche auprès d'un gang, et.....de fils en aiguilles, meme si je ne comprend pas encore vraiment comment j'ai reussi a le devenir.....je co-gère un gang de Los Santos.

- Par Yig.....t'es abonnée au trou noir des emmerdes, c'est pas possible....après Ce psychopathe, tu tombes dans un Gang??

- Oui....mais plus accident que par volonté !


- C'est une blague, c'est ca?

- non plus....en fait mon approche a fait qu'ils ont pensés que je voulais les rejoindre....j'ai rencontré mon petit ami actuel et....plein d'autres gens....certains sympa, d'autres tarés et d'autres encore....pas du tout sympathique, bien au contraire. repondit elle avec un demi sourire.

- La situation te plait?!

- Oui.....et non.....c'est compliqué m'man....d'un cotés, les liens avec le gang m'ont permis de rencontrer nombres de gens dans cette ville....mais de l'autre, c'est comme être prisonnier.

- Alors part, recommence tout !

- Non...si je part, ca risque d'être une balle dans a tête, c'est comme pour Las Venturas, je me suis fait la malle mais....il a fallu que je change de nom sinon on aurait continué a me harceller....sans parler du fait que c'est pas une situation pour un petit garçon.

- Donc tu va faire quoi? Ca te sert a quoi, a part finir entre 4 planches?

- A rien...a quoi veux tu que cela me serve? je fait du fric, j'apprend a utiliser des armes...a me defendre....la chimie aussi....je suis très douée la dedans maintenant.

- Magnifique....je suis sure que la police doit adorer.

- J'ai jamais été arretée, m'man, arrete !

- Non, c'est sur, mis a part les soupsons !

- Ho merde....va te faire voir !

- Garrett a besoin de sa mère.....Pas de Quinn, sa vrai mère....hein !

- Je ne reprendrais ce nom, maman....plutot crever qu'autres choses.

- Parce que tu crois que c'est une situation viable? si je venais a crever, hein?....qui s'occuperais du gamin?

- Tante Flo, comme d'hab !

- Elle n'est plus toute jeune, Quinn !....et pour revenir a ce ...cette situation, tu restes parce que tu as des liens? Coupe les, viens chercher ton gamin et fait ton rôle !

- Nan...hors de question, dit elle en prenant son verre et buvant d'un trait,  j'aime bien les latinos, ils sont deja plus posé que les negros et deja moins cons que les lourds du bar du coin, qui sont identique aux abrutis en cuir qui se balade a los santos.

- Et ca te convient?....mon dieu, des latinos....tu m'auras tout fait !

- Ho je t'en prie hein, pas le couplet de la mère courage, toi qui m'as laissée dans la mouise, avec mes frères et soeurs a elever, jusqu'a ce que je te dise merde....et estime toi heureuse que je te considère encore comme ma mère....Légalement, tu n'as meme plus ce statut vis a vis de moi !

- Hmpf, tu peux dire ce que tu veux....on a qu'une mère, ma petite, et tient, puisque tu en parle, ton petit ami, il fait partie de ce gang?

- Hmm...Moui

- Je parie que c'est un violent.....

- Rien a voir....il n'as rien de violent, enfin pas sans raisons mais il manque de patience et de subtilité par moment, avec certains types de personnes.

- Il t'as demandé en mariage?

- Moui.....et non....j'ai refusé.

- Au moins t'as pas été idiote...

- Il est plus jeune que moi, sans parler du fait que l'on se connaissait a peine....alors j'ai dit non.

- Et maintenant?

- J'en sais rien...je crois que maintenant c'est lui qui refuse, et j'avoue que....je ne me sens pas a ma place, meme si je suis acceptée, j'ai pas l'impression d'avoir merité la situation ou je suis...ni meme que je vaut certains de nos membres.

Abby but une gorgée de The et reposa le verre ensuite
- Donc la situation ne te convient pas....alors revient a la maison, Quinn !

- C'est plus compliqué que ça, maman.....je n'ai pas leurs cultures gangsta, je n'ai pas leurs croyances  religieuse ou culturelles, j'ai du me fondre dedans comme en sous-marin pour y parvenir....mais de l'autre, c'est vrai que rien ne me retiens sauf que liens que j'y ai tissé....que ce soit le fait de ma relation avec Anthony, que ce soit les liens d'amitiés avec les membres....sauf que....ces liens se brise uns par uns, au fur et a mesure des morts....et que j'ai peur.....peur qu'au final, je ne laisse rien derrière moi pour Garrett.

- Alors, je te le redit: Part !

- Et je te repond, je ne peux pas....partir, cela signifierai avec une balle entre les deux yeux, maman....et j'ai pas tellement envie que cela se finisse par ma mort mais aussi la mise en danger de la famille et de la tribu...mais c'est vrai que pas grand chose ne me retienne...j'ai pas grand chose a voir avec une majorité d'entres eux: je suis diplomée, j'ai pas mal de connaissances.....j'ai encore mes parents, de la famille, toussa....mais...je t'avoue bien volontier, que si il n'y avait qu'Anthony....la perte des autres, sans parler de la disparition de certains....je me sens a la fois coincée, frustrée et terriblement en rogne.

- Ben tiens....

- Ho pitié hein....tu veux savoir....on s'est fait attaquer plusieurs fois, j'ai des cicatrices sur le corps, du aux balles....si cela tenait qu'a moi, on se vengerais, on attaquerais....le but d'un gang c'est comme une entreprise: faire du fric, et pour cela, il faut ecraser les ennemis.....seulement là...j'ai plus l'impression que c'est nous qu'on ecrase.
J'ai l'impression qu'ils reflechissent pas....si on detruit le marché des armes, de la drogue, si on asphyxie les revenus, qu'ensuite on agit et attaques correctement....il y a moyen de gagner, comme aux echecs.
Meme quand la partie a l'air perdue, on peut renverser la situation....mais une action directe comme je le vois, ca ne fonctionne pas....au contraire, ça ne fait qu'attiser les braises.

- Et ca ne te plait pas?...tu parles de meurtres là !

- Et après?....je parle survie, pas de meurtres....un meurtre ce serait plutot le fait de pieger tout ce petit monde et empoisonner la bouffe et l'alcool quand ils sont en soirée.....ca faciliterais tellement les choses.....tout le monde crève....ou sur le point de crever, tu as des vies entres les mains.....et Là, tu peux poser tes conditions.....ils auraient pas le choix, c'est accepter ou crever....

- Serieusement Quinn....Quitte ce milieu !

- Désolée m'man...tu va devoir garder Garrett encore un petit moment.

- Alors fait juste attention a toi....

- Promis,
dit elle douce amère, promis, m'man...dit a Garrett que sa maman l'aime, ok? Je vais chercher des Clopes, je revient. Et pas un mot....

- T'inquiete pour çà, ce qui est parmis nous, reste parmis nous....les Lakotas n'ont qu'une parole !


La vieille femme acquiesa, tandis que sa fille se relevait et se dirigeait vers sa moto. Prenant son casque, elle regarda le garçon aux cheveux blonds avant de demarrer le contact, et de mettre son casque puis de s'élancer sur la route, non sans dire au revoir aux membres de la tribu présent.

"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Konnor/Zoxe

  • *
  • 1604
    • Voir le profil
  • Nom InGame: ASAP PURPLE / ELVIS
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #4 le: 18 11 2015, 11:21:35 »
Rip Quinn ! Mdrr


Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #5 le: 18 11 2015, 12:58:48 »
sinon c'est quand que tu paye le snack

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #6 le: 27 11 2015, 12:45:54 »
gni? je sais pas, je verrai demain quand j'aurai tout reinstallé
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Kaylee.C | Lindsay.J

  • *
  • 1077
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Lindsay Jones - Kaylee Cooper
Re : Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #7 le: 27 11 2015, 17:42:53 »
gni? je sais pas, je verrai demain quand j'aurai tout reinstallé

Tu reviiiieeeeeeens ?

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #8 le: 29 11 2015, 05:56:53 »
bah oli a passé la nuit a formater mon nouveau pc pour le mettre sous seven, j'ai remis le jeu, mta et ts, me manque la carte graph qui est pas encore arrivée (mardi d'apres le site) mais ca pose pas de probs pour gta sa (uniquement pour GTA IV et V).
j'ai 6gram (enfin je ne ramerai plus par manque de ram XD).
Je galere juste avec mes mdp mais ca je retrouverais, du moins une partie ^^
Donc oui de retour et des ce soir :p
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Konnor/Zoxe

  • *
  • 1604
    • Voir le profil
  • Nom InGame: ASAP PURPLE / ELVIS
Re :  Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #9 le: 07 12 2015, 11:49:12 »
KooL Quinneuse.


Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #10 le: 20 12 2016, 16:27:58 »
Citer
Remise a niveau du persos:


Stab City, près d'Alamo Sea, 2016, quelques part

La Voiture fit une embardée avant de s'arreter sechement a cotés d'un Camper jaune pisse et d'un vieux journey rouillé.
La poussière retombant, la vitre teintée remontant, la portière de la Duke orange s'ouvrit laissant une bottine noire s'enfoncer dans le sable du desert.
La jeune femme sortit avant de se diriger vers l'arrière du véhicule, ouvrant le coffre pour en sortir divers paquets en papiers cartonnés, qu'elle achemina vers le Camper, dont elle ouvrit la porte.
Posanr ses courses devant le palier, cherchant ses clés, une voix feminine l'interpella.

- Miss Coon, bonjour, fit elle d'un ton enjoué.

- Bonjour, Madame Call, comment allez vous?. rétorqua la jeune fille d'un ton légèrement blasé, dont les deux nattes retombait sur sa poitrine, les clés dans les mains.

- Plutot bien, mais vous avez reçus de la visite.

- Vraiment? des clients?, tandis qu'elle se tournait vers l'etendoir a linges où se trouvait une femme forte d'âge mur aux cheveux légèrement grisonnant, teintés d'une couleur qui virait au jaune orangé.

- Pas que je sache, enfin ce n'est pas ce que j'ai crû comprendre en tout cas, repondit madame Call, etendant une manne de linges sur des fils tendus entres le parc de Caravanes.

Kishioma se frotta les sourcils, comme enlevant une saleté puis regarda sa voisine avec toute la patience que cette femme lui demandait jours après jours pour comprendre sa pensée et son modus operandis.
- Bien, on va faire plus simple: homme ou femme?

- Ho, c'etait un homme, plutot grand, d'âge mûr, cheveux bruns, yeux bruns, on aurait dit... un vendeur en assurance ou encore un bureaucrate, voyez le genre.

- Je vois le genre ouaip, et il voulait quoi? Kishi sentait deja que sa voisine avait merdé. Je présume que vous avez dit que je vivais ici, c'est cela?

- Bien sur, je pensais qu'il etait là pour se renseigner sur une de vos congénères de la reserve indienne, j'ai dit que vous etiez indienne que possiblement vous pourriez l'aider.

- Il a dit comment je pouvais le contacter?

- Il m'as laissé une lettre pour cette Dakota, en demandant a ce que vous lui remettiez et une carte, demandant a ce que cette dernière le contacte, ou vous même si vous ne la trouvez pas.

Mentalement, Kishioma se dit merde, elle avait changé de noms, de prenoms, en changeant d'états, histoire d'êtres sur, et voila qu'un petit fouineur de paperasse la retrouvait? Il etait aussi possible que ce ne soit pas le cas.
La vieille dame lui tendit une carte et une lettre, visiblement manuscrite, ce qui restait rare en ces temps technologiques.
- Merci

- Ho, de rien, si vous avez besoin de quoi que ce soit...

- Non, cela ira, coupa t'elle, tout en reprenant ses courses, et ouvrant la porte de sa caravane. Je m'en occuperais, en revanche, une dernière chose, si vous revoyez ce monsieur dans les parages, vous pourriez me sonner?

- Bien entendu, ho, et si vous pouvez m'avoir de nouveau une bouteille de cet elixir de cactus, ce serait enchanteur.

-Sans problèmes, Madame Call, les Esprits vous aident, vous le savez bien.

La vieille dame sourit et revint a ses occupations tandis que Kiski entra dans sa caravane, les bras chargés qu'elle posa sur le comptoir de la kitchenette. Ouvrant le frigo, elle se mis a ranger fruits, légumes, bouteilles d'eau de vie, et autres avant de prendre une bierre et de se preparer un fajitas a sa façon avec du chou chinois, des cornichons, de la sauce piquante au fromage et des jalapeno.

S'asseyant dans son divan au fond de son van, elle but une gorgée de biere avant d'ouvrir l'envellope, non sans l'avoir minutieusement regardée:
Au dos:
Purgatory,'streets, 552, Algonquin, Liberty City.

Sur le devant, rien, si ce n'est Dakota WhiteOwl. De souvenirs, elle n'avait jamais mis un pied a liberty city, ni elle, ni sa soeur, et elle n'avait pas souvenirs non plus d'avoir de la famille là bas. Quand a ses "amis", aucuns ne provenait de la bas, quelques clients de passages certes, mais rien de foisonnant, généralement des touristes. Et elle n'avait pas souvenir d'un christopher, etant donné qu'elle demandait toujours le nom et le prenom de ses clients.

Quand a la Carte, rien n'y était nommés sinon un Logo et un nom: Christopher Samuels.

- Qui est ce type, bordel?

Qui que ce fut, il connaissait son vrai nom, et de plus, il avait visiblement reussi a la retrouver, soit c'etait un putain de huissier, soit elle donnait sa langue aux chats.
Prenant l'envellope, elle dechira le bord droit et l'ouvrit, prenant la lettre a l'interieur.
L'ouvrant, elle se mit a lire le contenu, ce qu'elle pensait etre une lettre, ne contenait qu'un simple numero de telephone: 1-999-588-74
Au vu du prefixe, l'homme etait dans le comté de Los Santos, a n'en pas douter, le prefixe de Liberty city etant le x-555

Prenant son PC, elle ouvrit sa page mail puis son site.
http://nikitazkolibri.wixsite.com/kishioma
Verifiant ses mails, elle ne trouva rien puis se pencha legerement pour prendre son smartphone, composant le numéro donné.
Cela sonna deux fois avant que l'on décroche, elle ne dit rien mais la voix a l'autre bout se fit entendre, une voix masculine, claire, calme, mesurée.
- Allo? Qui est a l'appareil?

- Bonjour, Monsieur Samuels.

- Ho, Mademoiselle WhiteOwl, bien a vous, j'espere ne pas vous avoir trop... derangée par mon irruption inopinée?

- Aucunement, cependant, j'avoue avoir du mal a vous situer, seriez vous un de mes clients?

- Nullement, mais je préfèrerais que nous parlions de cela, en tête a tête, question de sécurité comprenez vous?

- Oui, et c'est pour cela que pour moi, le GSM reste securitaire.

- Je crains que ce ne soit point mon cas, quoi qu'il en soit, je vais faire bref: Prenons rendez vous en un lieux que vous connaissez, si vous preferez.

Kishi hesita, mais la curiosité la poussait.
- Très bien,  demain, 21h au Bay bar a Paleto Bay, un restau-bar a l'ancienne, commandez deux repas avec Milkshake, je vous laisse pour les choix.

- C'est noté, je pense que vous me reconnaitrez.

- Si vous denotez autant que ce que ma voisine a dit, je le pense bien, ce bar n'as comme clientèle que les gens du coin, et vu la decription que j'ai de vous, vous auriez eu plus de chance a Los Santos.

Il ne répondit rien, mais elle etait sure qu'il avait sourit. Quoi qu'il en soit, la conversation se coupa et elle ferma son smartphone avant de se lever et de se diriger vers sa chambre. Ouvrant le placard, elle y pris une boite de métal, fermée avec un cadenas qu'elle ouvrit via le code, et hesita: elle avait son vieux glock, une arme de combat qui pouvait faire l'affaire pour l'auto-defense, et un pistolet paralysant. Elle opta pour ce dernier, le chargeant, avant de se préparer mentalement.


Bay Bar, Paleto Bay, 20h30

Kishi etait dans sa Duke, les vitres pleines de boue et autres saletés, empêchant les gens de bien voir qui se trouvait dans la voiture.
Cela faisait 10 minutes qu'elle poireautait devant le bar, cherchant a voir si ce type se pointerait. Soit le gars l'avait devançée, et etait deja dans le bar, soit elle etait salement en avance et elle poireautait ici pour une bonne raison. Après tout, il n'etait pas encore 21h.  Elle mordit dans un morceau de Burger, avant de le deposer sur son siege passager, prenant une gorgée de coca.
Elle n'avait quasiment rien mangé de la journée, trop nerveuse, et a vrai dire, l'idée de manger au frais de ce type lui plaisait: si il voulait lui parler, il allait payer la note. Et puis c'etait pas la mort, le Bay bar n'etait pas cher, et la bouffe etait correcte.

Elle regarda son smartphone, le numero en affichage. Elle avait passé la journée d'hier a rechercher qui etait ce mec, tout ce qu'elle avait trouvé etait une vieille page de Lifeinvader, invalide, visiblement, le gars l'avait fermée, il y avait de cela cinq ans.
Quoi qu'il se soit passé, elle n'avait pas souvenirs d'avoir fait quoi que ce soit il y a cinq ans. Elle vivait alors dans le comté de Blueberry et travaillait au Den Hole  bar comme serveuse. Ca avait duré deux ans, avant de filer de là, et de revenir ici, avec un nouveau nom et une nouvelle carte d'identité. Il fallait dire que cela lui avait pris presque 6 ans pour se faire une nouvelle identité et faire croire a sa mort. Et pour cela, quelques "amis" et une forte somme d'argents avaient été investit. Elle ne savait pas si elle etait encore recherchée, mais elle n'avait aucune envie de le savoir par l'experience.

Pensive, elle sursauta lorsqu'on frappa violement a son parebrise, cotés passagers. Regardant, elle ne vit qu'une ombre, la rue etant mal eclairée par une serie d'eclairage orangé.
La Silhouette etait mince, large d'épaule cependant et elle pouvait voir des cheveux bruns coiffés soigneusement. Elle se pencha vers la portière, ouvrant la vitre, decouvrant un visage carré, légèrement anguleux, aux pommettes hautes, les levres fines mais pleine et un nez busqué parachevait le tout.
Ce visage ne lui disait rien, mais l'homme se pencha un peu plus sur la portière.
- vous êtes plutot en avance, Miss Coon.

- Christopher Samuels?

- Lui-même, enchanté de vous rencontrer, vous êtes toujours partante pour le restaurant?, retorqua t'il en regardant d'un oeil succint, le relief de repas de la jeune femme.

- Oui, desolée pour le desordre.

- Ce n'est rien.

Elle referma la vitre et remit un peu d'ordre, ce qui signifiait: balancer les papelards sous les sieges et mettre les restes dans un sac plastique.
Sortant de la voiture, elle vit Samuels, revenir d'une Schafter LWB verte forêt, d'où elle remarqua qu'il avait dû prendre un manteau. L'air etait plutot froid et humide. Et elle regretta bien vite de n'avoir mis qu'un jean's et un chemisier noir.
- Jolie voiture, fit elle.

- Merci, mais ce n'est qu'une voiture de fonction, pas la mienne propre.

- Vraiment? et vous travaillez dans quoi?

- Je vous laisse deviner

- Ma voisine pense que vous êtes assureur.

Il sourit légèrement.
- Et vous?

- Vous me faites penser a  un chasseur de primes. A vous de me le dire.

- Ni l'un ni l'autre, retorqua t'il en montant les marches avec elle, ouvrant la porte du bar-restaurant. Mais nous auront la soirée, je pense, pour que vous commenciez a comprendre.

Elle scruta l'homme devant elle, tout en avançant vers une table pour deux, et pris place, s'asseyant cotés fenêtres. Lui fit de même, face a elle, et deposa son manteau sur la banquette, a cotés de lui.
- Bien, prenant la carte, si je me souviens, vous me laissiez choix du repas, c'est cela?

Elle acquiesa tandis qu'une serveuse, plutot rosée, arrivait:
- Vous desirez?

- Alors, repondit Samuels en regardant la Carte qu'il pris sur la table, je prendrais une salade de poulet, un hachis parmentier et un Milkshake vanille, et vous?

- De même, retorqua Kishioma. Mon Milkshake bannane, et une part de Cheesecake citron.

- C'est noté, fit la femme en tapotant son stylo, attendez 20mn, vous voulez des boissons?.

- Un Whisky, double.

- Idem.

La femme acquiesa et se detourna pour se diriger vers l'arrière salle, avant de revenir avec les boissons et repartir vers une autre table.
Kishi regarda Samuels boire une gorgée de son verre, le fixant avec insistance, sa main droite caressant légèrement l'arme paralysant dans son holster sous sa chemise.
- Bien, vous n'etes donc ni Assureurs, ni Chasseur de prime, je presume que vous n'êtes pas flic.

- Non, mais je l'ai été, il y a longtemps.

- Qu'est ce qui vous a fait arreter?

- Trois balles, deux dans les côtes et une perforant le poumon, vous seriez surprise de savoir que l'ont peut faire des bulles avec du sang.

Il avait dit cela sur un ton si naturel et leger, qu'elle eu envie de sourire, pourtant, il etait en train de dire qu'il avait failli mourir.
- Je vois, je présume que cela vous a fait prendre conscience que vous aviez une vie a cotés de votre job.

- Pas vraiment, repondit il en prenant une autre gorgée, tandis que kishi buvait également, en fait, je me suis litteralement effondré. L'idée de la mort ne m'avait jamais effleuré, et a partir de là, cette prise de conscience m'as litteralement fait ... pour le dire crument, pisser dans mon froc. En fait, je suis partis de mauvaise façon.

- Quel genre? vous buviez trop?, ce malgré qu'elle remarque qu'il n'avait aucune des tares liées a un alcoolique, même anciens.

- Plutot une autre drogue, le Crack, j'ai perdu mon job, deux ans plus tard, j'etais une loque humaine.

Kishi continuait de regarder Samuels, inconsciement, elle voyait en lui, un schema similaire au siens, et elle eu un certain pressentiment.
- Bobby

Il acquiesa.
- Robert, fit il, Bobby etait son diminutif.

- Il vous a sauvé, c'est ça?

- Tout comme vous, a ce que je sache. Enfin d'après ce que j'ai pus trouver.

- On peut dire ca, retorqua t'elle en detournant le regard un instant avant de revenir a Samuels, et qu'est ce que vous me voulez?

- Discuter, rien de plus.

Etrangement, elle en doutait, mais soit, elle n'allait pas le remettre en doute.
- Je vois, et vous êtiez qui par rapport a lui? son ami? son amant?

- Son Frère.

La morgue qu'elle commençait a avoir, s'eteignit rapidement, elle detailla Samuels un instant, de façon plus complète.
Bobby mesurait dans les 2m10, lui faisait facilement une tête de moins, Bobby etait plutot epais voire large, le style mastoc, tandis que Samuels semblait certes large d'epaules mais plutot mince mais en chair, là où Bobby semblait toujours être plutot actif, elle aurait plutot vu ce Samuels, derrière un bureau. Maintenant, elle savait les ravages que pouvaient faire la drogue, et notement la perte de poids, du a la perte de la sensation de faim.
Ils avaient les mêmes cheveux bruns, sauf qu'il les avait raide, alors que bobby les avaient bouclés, le nez aussi etait différent, Bobby avait un petit nez retroussé tandis que lui avait un nez droit et busqué, même le visage etait différent: Bobby avait un visage plutot rondouillard, alors que ce type avait un visage limite taillé au couteau, particulièrement ses rides du front et d'expressions. Si ils etaient frères, Kishi se dit qu'elle et sa soeur avaient dû être jumelles.
Pourtant, il y avait une ressemblance a deux éléments: Bobby et Samuels avaient les mêmes petits yeux de chiots tristes, de couleur brun noisettes légèrement teintés de vert.
Leurs lèvres aussi semblait similaire: pleine mais mince, avec ce sourire.... ce putain de sourire.

Elle inspira et ferma les yeux, un instant.
- Est ce que ca va? demanda t'il.

Elle rouvrit les yeux.
- Oui, rien de grave, disons que pendant un instant, je me demandait si vous etiez réellement son frère. vous êtes plutot dissemblable, sans parler du nom de famille.

- Disons plutot que nous sommes demi-frère. Même mère mais pas le même pères. Un élément qui a toujours, comment dire, posé problèmpe a Bobby.

- Vraiment?

"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #11 le: 20 12 2016, 16:29:17 »
Samuels, joua légèrement avec son verre des deux mains, faisant remarquer a Kishi ses doigts long et fins. Elle aurait plus imaginé ce type devant un clavier d'ordinateur, genre ecrivain qu'avec un flingue a jouer les flics. Peut être avait il été simplement un bureaucrate de la police, comme le pensait miss Call, après tout.
La voix de Samuels cependant lui fit reprendre pied a la realité:
- Bobby et moi avons été en froid pendant des années, raison professionnelle autant que familliale, j'etait le raté, lui le fils prodigue.

- Mais si j'ai bien compris, vous etiez a liberty City, la lettre mentionne....

- Mon ancienne adresse, mais Bobby a commencé dans le 56eme district de liberty city, et a atteint le grade d'inspecteur, tandis que moi, je me suis lamentablement vautré.

- Alors que faisait il ici?

- Mission d'infiltration pour le compte de l'unité interne, du moins c'est ce que j'ai cru comprendre.

Kishi blemit légèrement tandis que la serveuse venait a leurs tables, posant les Salades.
- Bon appetit.

- Merci, repondit Samuels, prenant une serviette et sa fourchette.

- Je..., elle hesita, prenant une petite bouchée de son plat.

- Si cela vous gêne de parler de cela ici, je comprendrais parfaitement., repondit il sobrement.

- Attendez, dit elle, est ce que vous imaginez un peu ce que cela est?

- Pas vraiment, alors expliquez moi, retorqua t'il.

Elle mangea quelques peu puis posa son couvert, avalant doucement.
- Bobby et nous, nous sommes rencontrés....

- Nous?

- Moi et ma soeur, il avait infiltré le Club de motard de Grapeseed, un petit club mais qui trafiquait pas mal, notement niveau drogues dure mais pas chère.

- Vous en faisiez partie?

Elle regarda son verre un instant, avant de repondre:
- Non, nous etions des possessions, notre père nous a vendue en echange d'une remise de dette, nous étions très jeune, Bobby etait deja au club et il nous a très vite pris sous son aile.

- Je le reconnait bien là, il y a quelques années, il avait intégrés une prison pour faire sortir notre neveu, nous avons une soeur, expliqua t'il, il etait coincé dans une prison haute securité. Des rumeurs parlaient alors de tortures sur des prisonniers. Son boss n'as pas été très heureux, et il a failli perdre son poste, a l'époque.

Elle sourit légèrement,
- Je vois, quoi qu'il en soit, il nous a protégé et nous a aidée a nous defaire de nos problèmes de drogues. En fait, on a conclu un plan, pour foutre le camps du Comté de Blaine et se tirer ailleurs, avec le fric du MC Feathers. Sauf que c'est très vite parti en live. Bobby devait nous suivre, ce qu'il a fait, sauf qu'il nous a fait arreter, en fait, on aurait du finir a la prison du comté.

- Et pourquoi n'y êtes vous pas?

- A vous de me répondre, c'est vous qui m'avez retrouvé non?

Samuels eu un leger sourire et mangea avant de répondre, Kishioma faisant de même. La salade finie, il repondit a sa question:
- Si je m'en tiens a mes recherches, Bobby vous a fait arreter, vous avez fuit, et selon la police locale, vous l'aurez abbatus, votre soeur succombant, quand a elle, durant la fusillade qui s'en suivit.

Kishi fixa Samuels, prête a lui mettre un pain. Ce mec etait en train de lui dire qu'elle avait tué Bobby?
- Attendez, je n'ai rien a voir avec la mort de Bobby, on etait dans la voiture, ok,  il devait me mener jusqu'au poste, mais... on s'est disputé, il s'est arreté, et on a discuté un peu, sauf qu'on nous a alors tiré dessus. Bobby s'est pris une balle, je l'ai ammené a la voiture, on a essayé de fuir mais on nous canardais. On a fini dans le fossé, j'ai perdu connaissance et Bobby m'as dit de filer.
Y avait des lueurs de lampe-torches dans les sous-bois, ce qui indiquait des mecs qui avancait vers nous, je voulais pas filer, mais Bobby m'as dit de le faire, parce que sinon je risquait de crever. D'après ce qu'il avait dit, il essayait de rehausser le niveau, mais si vous dites qu'il etait là en sous-marin....

Samuels acquiesa,
- Possible qu'il se soit fait reperer...peut être pas a cause de vous, mais, vous m'eclairez deja quelques peu.

- Merci

- Pourquoi?

- Simplement merci, Merde, elle bafouilla légèrement, vous faites remonter des trucs douloureux, ok,

- Très bien, je ne voulais pas vous troubler, mangeons, nous discuterons de ce pour quoi je suis ici, plus tard, cela vous convient?

- Oui, s'il vous plait. fit elle, se sentant légèrement obligée d'être polie, au vu du ton de Samuels.

Les assiettes s'empilaient sur le coté de la table, a cotés des plats vides pour la plupart. Un bruit sirotant se faisait entendre, surmonté d'une musique sirupeuse.
Samuels reposa la paille lentement de sa main fine avant de reverser le fond de son broc de milkshake tandis que Kishi avait du mal a finir son premier tiers.
- On dirait que vous êtes pleine pour ce soir, vous avez du mal a terminer. fit il d'un air légèrement amusé.

- J'ai eu les yeux plus gros que le ventre, je l'avoue mais le cheesecake etait delicieux, vous auriez dû y gouter. retorqua t'elle sur un ton plus calme.

- Bien, je pense que nous pouvons continuer, non?

Kishi reposa sa paille, levant les yeux vers Samuels, elle s'attendait a ce qu'il reprenne, sachant qu'il ne lui avait toujours pas dit pourquoi il etait là et ce qu'il atterndait d'elle.
- Soit.

- A moins que vous ne desiriez danser bien sur?


Kishi manqua d'avaler de travers son whisky pendant une seconde: il venait de dire quoi?
- Pardon?

- Je vous ai demandé si vous vouliez danser?

Elle passa quelques secondes une main sur le devant de sa bouche, montrant une certaine incomprehension avant de fixer Samuels: A quoi jouait il?
- Non, merci, même si cela serait tentant, je n'ai pas tellement souvenirs que je soit venue ici pour m'amuser il me semble.

- Et pourquoi pas?

- Arreter de vous moquer de moi, pourquoi êtes vous ici, putain?

Kishi commencait a s'enerver et a s'impatienter, tandis que l'homme aux cheveux bruns et au manteau vert olive continuait de lui donner de ce sourire calme et de lui parler d'une voix apaisante. Pourtant, elle remarqua qu'il la fixait, non, son impression etait plutot qu'il lisait son comportement. Merde, ce type jouait avec elle, et elle marchait complètement dans son jeu.
- Je ne me moque nullement de vous, ce n'etait qu'une simple proposition, repondit il avec calme, mais si vous preferez... que nous continuons ici, soit, je voulais simplement vous detendre, vous me semblez sur la défensive.

- Et cela vous etonnes? Vous vous pointez, vous me retrouvez, vous me faites tout un cinema alors que je sais que certains salopards me cherchent probablement encore, et qui plus est vous vous presentez comme le frère de Bobby? Vous vous attendiez a quoi?

- De la comprehension.

Elle emit un leger rire amer. Ok, là, il marquais un point, Bobby avait peut être parlé d'elles alors a .... non cela ne collait pas.
- Non non non, un truc ne colle pas, vous m'avez parlé de Bobby, a quel point il etait génial, mais vous m'avez également dit être en froid avec lui.

Samuel croisa les mains et posa ses index sur ses levres, continuant avec ce sourire calme et avisé, la fixant encore.
- Vous voulez entendre quoi de moi, Dakota? Que Bobby etait un flic acharné de boulot qui ne vivait que pour son job, fils prodigue que notre mère considerait a peine, alors que malgré la merde dans laquelle je pataugeais, j'etait toujours le fils cheri?
Je vais vous faire une confidence, quand notre mère a attrapé un Cancer, Bobby s'est endettés a mort pour lui payer l'hopital et son traitement, vous savez comment elle l'as remerciée? En le niant, Bobby s'occupait de nous quand moi et ma soeur Tiffany etions petits, notre mère n'avait pas le temps, son job, ses petits copains, voyez le genre.

- Je vois très bien, fit elle d'un ton mesuré.

- Je pense également, votre passif est pourtant plus lourd que le notre a moi et Bobby, si mes recherches sont bonnes, votre père, actuellement incarcéré a Sing-sing pour meurtre, ce me semble, une affaire de dettes encore une fois. Mais parlons de vous, Ma très chère Dajota.

Kishi deglutis lentement, prenant une gorgée de Milkshake, ses yeux ne quittant pas les yeux bruns de son hote masculin.
- Si je me fie a mes recherches, encore une fois, vous avez été "vendue" avec votre soeur, a ce club de moto, la vérité serait plutot que votre père n'as pas trop eu le choix, c'etait cela ou mourir, il a été lache, mais je pense que si il n'avait pas eu ce problème, vous auriez fini probablement avec votre soeur, sur une route a faire le tapin.

- Espece de fils de pute. Siffla t'elle entre ses dents, se levant d'un bond, mais avant qu'elle ne finisse son geste, Samuels etendit son bras et attrapa son poignet.

- Je vous deconseille vivement de quitter la table, Miss Whiteowl, sauf si vous preferez continuer cette conversation chez vous a votre caravane.

Kishioma regarda Samuels, sa main tremblante de colère autant que de tension contenue. Ce type avait une certaine force malgré qu'il n'en avait pas l'air, sa poigne etait d'acier sur sa chair et quand il retira sa main doucement, elle remarqua la marque sur son poignet légèrement endoloris.
- Bien, continuez..; fit elle avec un leger mepris.

- Vous detestez entendre la realité ou bien est ce que parce que cela est si douloureux que vous preferez fuir cette dernière?

Kishi lanca un regard noir a Samuels qui repris une gorgée a la paille, un leger sourire en coin.
- Continuons, retorqua t'elle sechement.

- A votre convenance. repondit il posément. Comme je l'ai dit, vous avez fini chez le MC Feather's Devils, cependant, mon frère n'etait point là pour une quelconque mission, du moins, par de facon primaire, il etait là avant tout pour retrouver quelqu'un, un homme, assez vieux maintenant, la soixantaine, un certain Jimmy, voyez vous, Oncle Jimmy comme on aimait l'appeler etant petit etait le vrai père de Bobby, et ce n'etait pas vraiment un homme honorable.
Vous? Vous etiez simplement une couverture, un moyen de dire: hey, j'ai fait mon job, laissez moi continuer de fouiller la région.

- Et qu'est ce que ce Jimmy a avoir la dedans? Bobby ne nous a jamais parlé de cela, son plan etait qu'on foute le camps du Comté.

Il pris une derniere gorgée et deplaca son verre vers les plats empilés, et croisa les mains, posant son menton sur celles-ci.
- Bobby etait obsédé par son père, particulièrement après avoir découvert que c'etait un violeur en serie dans l'Etat d'Algonquin. quand il a posé la question a notre mère sur son lit d'hopital, il lui a provoqué une crise d'hysterie nerveuse, c'etait encore un sujet douloureux pour elle, meme a l'article de la mort.
Au final, il ne vous aurait jamais accompagné jusqu'au Nevada, même si vous etiez victime, son job passait en premier, il vous aurait arretée quoi qu'il arrive, pour ensuite s'acheminer a sa vrai tâche.

- C'est faux !

- Vraiment? Reflechissez, il ne vous a libérée que parce que sa conscience et ses principes ont pris le dessus sur la racaille du coin qu'il génait, mais au final, vous etiez quoi pour lui?

Il avait maintenu une emprise sur son poignet qu'il maintenait pour l'empêcher de se lever, et elle avait une envie folle de lui balancer son reste de milkshake et les plats d'as cotés a la tête. Putain ce qu'elle detestait ce type en cet instant. Il mentait, il devait mentir. Ok Bobby avait des principes, mais il leurs auraient parlés de ce truc, ils avaient été proche....
Elle baissa son regard vers la table puis la fenêtre regardant son reflet et celui de Samuels qui continuait a la regarder, plus tendu cependant qu'avant malgré sa voix imperturbable, probablement dû a la tension qu'il mettait pour la maintenir tranquille.
Puis elle revint vers Samuels, et retorqua d'une voix froide:
- Ils nous a trahis et ok, vous avez raison sur le fait que son job etait important pour lui, mais je refuse de croire que nous n’étions rien de pl...

Les souvenirs refluaient, refaisant surface, et cela lui donna un goût amer, elle avait voulu idealiser Bobby, sa soeur, leurs liens, leurs amitiés, et bien plus. Bordel, elle avait maintenant presque 30 ans et elle continuait a agir comme une ados de ce cotés là.
- Merde, Dak, t'as arreté la Meth, t'avais plein de choix, tu pouvais foutre le camps et recommencer ta vie, t'as 18 ans putain.
- 18 ans, ouaip, sauf que sans fric, dans ce putain d'etat, tu sais très bien ce qui serait arrivé ! Donc, les paroles, ce que t'as raconté quand on etaient au bar, tout ce qui s'est passé pendant trois ans, c'etait du pur mensonge?

Bobby freina sec, aux abords de Paleto Bay, et tourna son visage vers Dakota.
- J'ai 32 ans, Dak, t'en avais 16, j'en avais 29, t'etais defonçée, perdue.
- Va te faire foutre! Tu sais rien de moi !

Ce mec n'avait pas tort, elle n'avait été qu'une couverture, un moyen, pas une fin, elle n'avait rien eu de spécial vis a vis de Bobby, elle avait espérés, voyant en lui un père, un frère, et peut être plus encore, mais au final il n'avait été qu'un protecteur temporaire.
Pourtant, alors emplies de pensées et souvenirs, un leger claquement de doigts la reveilla de sa reverie.
- Est ce que ca va?

- Je... oui, désolée, elle inspira profondément, vous avez raison, je n'etait qu'une couverture, fit elle avec amereté.

- Vous l'aimiez, n'est ce pas?

Kishi serra les levres mais elle sentis la pression qu'il exercait sur son bras diminuer, et elle retira ce dernier doucement, ses doigts effleurant ceux de Samuels. Elle le fixa un instant, elle aurait juré que d'une certaine manière, c'etait sa façon a lui de dire qu'il etait, peut être, désolé.
- Je ne voulais aucunement vous blesser, pardonnez moi, je pensais que vous...

- Que je n'avais fait qu'utiliser votre frère pour mon compte personnel?

Il acquiesa.
- Vous ne seriez pas la première, particulièrement vu le profil psychologique de Bobby, mais j'oublie que vous aviez 16 ans plus ou moins a ce moment là. Une simple question plus intime, si vous permettez.

Elle ne repondit toujours pas, fixant Samuels d'un air mefiant, tandis qu'il passa une langue sur ses lèvres légèrement assechée, alors qu'il tirait une cigarette de son veston olivâtre.
- Niveau vie privée, ca n'as jamais été son fort, je pense que si il avait vécu, il ne se serait reveillé que vers la cinquantaine, cependant, selon mes recherches, vous avez fui durant toute ces années, pas de couples connus d'après mes recherches sur place. On vous disais plutot solitaire a ce que j'ai cru comprendre de vos employeurs et voisins.
Dois je considerer que vous portez son deuil?

Elle eu une moue de mepris.
- Non, rien a voir, j'ai fait son deuil, mais j'avoue que vous avez raison quand vous dites que j'esperais qu'il reste, et que je puisse, d'une certaine façon être sa compagne.

- Comment le voyez vous alors? un Père, un frère? un amant? au vu de ce que j'ai pus voir, j'ai l'impression que c'etait un peu des trois non?

- Espece de salopard !

Il se pencha légèrement vers elle.
- Pourquoi êtes vous si en colère? La realité est là, mais je vais vous avouer autre chose concernant Bobby, il vous aurait rendu malheureuse. Certes, il pouvait se montrer charmant, mais c'etait un lunatique pouvant exploser.
De plus, imaginez maintenant, vous avez quoi? 28 ans? lui en aurais dans les....44 ans? un peu vieux non? Sauf si vous aimez les figures paternelles, je sais que certaines femmes apprecient les hommes plutot experimentés, mais Bobby n'as jamais eu de fidelité, sauf a son métier. Le reste de sa vie etait aussi vide que ce verre, pointant d'un doigt fin, son verre de demi. Je pense personnellement, qu'il aurait été un bon père, et je pense que c'est comme cela qu'il s'est vu avec vous.

"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #12 le: 20 12 2016, 16:29:49 »
Elle se leva d'un bond, faisant souffrir son poignet mais se delestant de poigne de Samuels, pour prendre son sac et se diriger vers la sortie.
Samuels pris son portefeuille rapidement et laissa 20 dollars, avant de suivre Kishioma qui avait deja passé la porte.
Sortant, la pluie battait son plein, et l'air etait embrumé par les embruns cotiers.
Elle fouilla sa poche et en sortit sa clé de voiture, elle ne voulait plus ecouter ce malade. Ok, il savait pas mal de chose, mais il ne faisait que la mener en bateau, tout en la manipulant. Qui que soit ce type, elle doutait qu'il puisse être le frère de Bobby, putain, quel frère parlait de son frangin ainsi?. Pourtant derrière elle, une voix cria dans la rue quasiment vide:
- Vous allez continuer a fuir longtemps, Mademoiselle WhiteOwl?

Elle stoppa net et se retourna pour voir Christopher Samuels descendre les marches d'une demarche rapide et venir vers elle d'un pas assuré.
Sa main passa sur sa droite, sentant son holster, mais alors qu'elle allait retirer la protection, il fit un depart sec mais rapide vers elle, l'empoignant.
- Putain, dit elle avec un leger couinement de douleurs.

Samuels lui tordait le poignet, la forcant a lacher prise et bientot le son mat de son arme se fit entendre au sol.
- Ho non ma chère, pas de cela, fit il tout en ecartant l'arme du pied. j'aurais pensé que vous auriez ammenés un veritable calibre, mais vous n'etes pas une tueuse, et ceci me le confirme. Maintenant, nous allons prendre votre voiture et aller là où je vous le dirais.

Il maintenait sa prise, tordant le bras de Kishioma dans son dos, cette dernière grimaçait de douleurs, mais alors qu'elle s'appretait a crier, esperant le faire lacher pour eviter la venue des flics, elle sentit la froideur d'un canon pointé sur sa nuque.
- Ne tentez même pas d'avertir quiconque, contrairement a vous, je n'hesiterais pas a utiliser mon calibre, maintenant, je vais vous lacher et vous prendrez vos clefs, je monterais dans la voiture, vous en ferez de même également, compris?

Elle deglutis, son coeur battant la chamade, n'osant pas bouger, sous la menace du flingue.
- Oui, j'ai compris.

- Bien, fit il en lachant sa prise.

Elle posa un regard en arrière, elle vit que ce qu'elle avait sentis etait un calibre 12, généralement utilisés par les femmes, très petit et facile a planquer. Ce salopard l'avait bernée.
Elle se rapprocha de la Duke tandis que Samuels en faisait le tour, puis ouvrit la portière après que ce dernier ne fasse de même quand elle debloqua la securité, puis s'asseya avant de remarquer qu'il mettait sa ceinture et de croiser les mains, la regardant avec ce sourire faussement bienvellant.
- Securité avant tout, non?

- C'est ça ouai, vous voulez aller où?

- Demarrez deja, et roulez, je vous dirait quand nous y seront, prenez la rapide vers le nord.

Elle demarra le moteur qui vrombit et passa en trombe dans la rue deserte pour s'engouffrer sur la voie rapide menant vers le Nord du Comté de Blaine.

La Duke roulait maintenant depuis des heures sur la rapide nord, avalant les kilomètres, les reflets des lampes des phares et des UV violets se reflétant sur la route humide.
Kishi lorgna légèrement vers Samuels, cela faisait une bonne heure qu'il ne disait rien, regardant la route, cependant ses bras croisés lui indiquait possiblement qu'il avait encore son pistolet pointé sur elle. Merde !

- Vous ne dites plus rien, vous avez pris votre décision de me tuer?

- Aucunement, repondit il posément, mais vous n'obeissez pas facilement, il fallait bien que je vous convainc.

- Votre discour au restau, c'etait du baratin?

- Non, je suis sincèrement désolé que mon frère vous ai utilisés, et j'avoue que si la version de la police avait été vrai, oui, vous vous seriez prise cette balle, ce avant même que nous dinnions.

- Vous voulez venger votre frère?

- Aucunement, Bobby etait un connard prétentieux qui m'as laissé dans la merde quand j'ai eu le plus besoin de lui. En vérité, il ne faisait que rattraper son manque d'empathie quand la personne etait deja dans une merde noire. Le meilleur exemple est notre neveu; vous croyez qu'il l'as aidé a eviter les embrouilles avec les gangs? non, il a laissé faire, malgré les demandes d'aides de notre soeur Tiff. Et quand il a fini en taule, là il a bougé son cul, parce que cela mettait en danger sa carrière et sa vie civile. La seule personne de qui il s'est soucié réellement, c'etait lui même et notre mère... pour le reste, il n'en avait rien a carrer, et vous en êtes un autre exemple concret.

Kishi serra le volant au point d'avoir les jointures blanches.
- Vous avez tord !

- Vraiment? vous voulez continuer a croire que mon frère etait ce chevalier blanc qui vous aurait sauvé? Vous vous êtes sauvée vous même, Dakota, Ce n'est pas Bobby, c'est vous qui vous êtes sauvées vous même.Vous êtes en vie, lui est mort, reflechissez y.

- Question de circonstances.

- Vous y croyez vraiment?, demanda t'il faussement, allons, soyons realiste une minute, vous avez bougé dès le moment ou vous avez compris que votre soeur etait malade du Sida.

- Que....

- Oui, j'ai vu les contrendus médical de Paleto bay, fait durant l'autopsie, Vous le savez parce que vous êtes prudente et que vous, ainsi que votre soeur, vous vous faisiez depister. C'est ce qui peut arriver quand on est prostituée par un club ou un gang.

- Je ne me prostituais pas, sale fils de pute.

- Non, c'est pour cela que vous n'avez eu aucune vie amoureuse depuis votre fuite, pas même une relation temporaire. Votre vision des hommes doit être affreuses, Dakota, et j'en suis désolé, tout les hommes ne sont pas comme ceux que vous avez rencontrés.

- La Ferme !

Il continuait de regarder la route, quasiment imperturbable, et fit un leger signe.
- Ici, a droite, continuez sur le chemin de terre. dit il calmement avant de continuer, vous saviez que si vous restiez, vous seriez morte, comme votre soeur, pour elle ce n'etait qu'un sursis, quand a Bobby, vous avez esperés parce qu'il se montrait protecteur et gentil avec vous, je presume même que....

Le coups parti sec et cogna violement sa machoire inferieure, faisant cogner sa tête contre la vitre passager, tandis que la voiture faisait une embardée violente dans le sous-bois rocheux avant de stopper net, le moteur calant et fumant.
Pendant plusieurs minutes rien ne bougea dans le vehicule avant que la portière conducteur ne s'ouvrit, Kishioma se laissant tomber sur le sol, du sang coulant de son front, sa tête ayant violement heurté le volant.
Elle referma la portière et se colla contre le vehicule, cul sur le sol humide, n'ayant rien a foutre d'être sale. Elle fouilla sa poche et en retira son paquet de cigarette avant d'en allumer une, puis elle regarda a l'interieur du véhicule.
Samuels etait visiblement K.O, autant par le coups de poing que par le choc dû au crash du vehicule dans ce fossé. Elle tira une longue tirade puis souffla la fumée, réfléchissant avant de se lever et d'aller vers le coffre.

Elle pris les Caulsons et la corde a linge qu'elle avait achetés mais pas utilisés, avant de se diriger prudement vers l'avant du vehicule. Samuels semblait dans les vappes d'après ce qu'elle voyait depuis la vitre. Elle remarqua qu'il saignait également au niveau de la tempe, là où sa tête avait violement heurté la vitre, la marquant également.
Elle se pencha au dessus de lui, et fouilla rapidement pour prendre son arme et la jeter au loin, avant de l'attacher du mieux qu'elle pus, reduisant ses mouvements au minimum.
Puis, elle tira le corps inerte vers l'arrière du véhicule pour le mettre sur la banquette arrière, avant de se diriger vers l'avant du vehicule, d'ouvrir le capot et verifier le moteur.
Il ne semblait rien avoir a première vue, mais le choc avait du quand même le rendre plus capricieux. Cela faisant, elle repris le volant et redémarra le moteur après plusieurs ratées, puis se dégagea pour reprendre la route.

Samuels se reveilla lentement, grimaçant sous la douleur qui lui vrillait le crâne. Il se sentit endolori sur tout le corps, et quand il regarda autour de lui, ce fut pour remarquer qu'il etait sur le siege passager, et de voir également qu'il ne pouvait pas bouger. La petite peste l'avait saucisonné comme un jambon, et au vu des secousses, elle roulait encore, et cela devait surement faire des heures, au vu du ciel orangé qu'il voyait poindre par la vitre arrière.
- Je vois que vous n'avez pas chômé.

Kishioma fixait la route mais répondit cependant a sa diatribe.
- Vous êtes réveillés, j'avais espérés que vous seriez encore K.O quand on serait arrivés.

- Je vois que vous avez pris les rennes, vous nous emmenez où, si ce n'est point indiscret?

- Au parc National du Mont Josiah, y a quelques endroits sympa dans le coin, et surtout tranquille.

Samuels regarda autour de lui tandis que Kishioma lorgna le retroviseur pour voir ce que son invité faisait. Visiblement, il cherchait une solution, mais elle doutait qu'il en eu une: elle avait fouillé le bonhomme et lui avait retiré le couteau de sa bottine, tout comme son deuxieme pistolet. Si ce mec avait encore une arme, elle se trouvait dans son cul. impossible sinon. Les bouteilles cliquetèrent sur le siege avant et Kishi fit attention qu'elles ne tombe pas. Il ne fallait pas gacher la fête a venir.

- qu'est ce que vous comptez faire de moi?

- Tu verras quand on sera arrivé, en attendant, Ferme ta putain de gueule, t'as pas assez parlé depuis hier soir?

- Je m'inquiète juste que vous ne fassiez quelques choses que vous regretteriez.

- Ce que je regrette c'est de ne pas t'en avoir collé une dès le moment ou je t'ai vu.

- Vous exagerez, ais je été un si mauvais hote?

Kishioma se frotta les yeux, et ne repondit rien, ce type l'enervait et en même temps lui faisait pitié. Et en général, c'etait jamais bon signe, elle etait plutot tendre en règle général, mais là, ce guguss avait été un poil trop loin.
La Duke pris une petite route ensablée et roula dans les rocailles un long moment, longeant falaises et rivières avant d'arriver a un promontoire rocheux, perdu en plein milieu de la cambrousse. Proche se voyait d'anciens hangars a moitié rongés par la rouille et des vieux vehicules. Cela avait du être une casse autrefois, mais maintenant, ce n'etait plus que ruines de Dame nature.
Kish mis le frein a main et sortit du véhicule, se dirigeant vers l'arrière ou elle ouvrit le coffre, laissant Samuels, qui suivait légèrement anxieux, le déroulement des opérations.
Il remarqua qu'elle mit un bon quart d'heures avant de revenir et d'ouvrir la porte passager pour le sortir en le prenant de sous les bras.
- Vous pourriez delier mes jambes, cela vous aiderais, non?

- Pour que tu te fasses la malle? tu peux crever !, fit elle en le tirant, laissant des marques sur le sol meuble.

Samuels regarda autour de lui, cherchant du regard une quelconque vie, mais rien a l'horizon, en dehors des arbres et des animaux alentours. Où qu'ils soient, ils étaient probablement en pleine nature, et cette fois, il etait parfaitement a sa merci.
Après plusieurs mètres parcourus a tirer le corps inerte de Samuels, elle ouvrit les battant de l'ancienne decharge, et y entra, lachant l'homme sur le sol boueux et regarda aux alentours. Des carcasses de voitures et des chaines se voyaient sur une bonne longueur du hangar, ainsi que diverses pieces mécaniques.
Elle avança Samuels jusqu'a une des chaines, non sans l'avoir lestée pour la tester, puis le monta via le treuil mecanique rouillé qui se mit a faire monter Samuels, qui pendit dès lors comme un cochon dans une foire.
- Vous ne devriez pas faire cela, Dakota, c'est une tres mauvaise idée.

- Dites plutot que vous tentez de negociez.

- Ce n'est pas faux, mais si vous me tuez, vous ne saurez pas pourquoi je suis venue vous chercher.

Elle sortit le pistolet paralysant qu'elle arma avant de prendre son couteau, de sa botte, et de jouer avec devant Samuels, de qui elle s'etait rapprochée, son visage touchant presque le sien:
- On va jouer a un petit jeu issus d'une vieille tradition indienne: tu réponds a mes questions et si je suis contente, ca se passera bien, sinon, tu va donner ton sang a cette terre petit a petit.

Samuels deglutit et considera la jeune femme d'un oeil avisé et inquiet
- Tres bien, posez vos questions, je tacherais de faire de mon mieux.

- Pour qui travaillez vous? demanda t'elle en pointant le pistolet au niveau du ventre de Samuels.

- Une agence privée.

- Son nom...

Il hesita
- ...ARES Agency.

- Gouvernementale?

- Privée, nous n'avons rien a voir avec le gouvernement ou les autorités légales.

- Te fout pas de ma gueule sinon tu va sentir le cochon grillé dans cinq secondes.

- Je ne ment pas, retorqua t'il dans un bruissement de chaines, nous sommes une compagnie de chasseurs de primes, d'avocats, de detectives privés, rien a voir avec les autorités.

- Ca explique certains trucs, marmonna t'elle, et tu es quoi la dedans?

- Un simple agent, detective privé Christopher Samuels, je n'ai pas mentis sur ce point.

- Ok, et comment t'as reussi a remonter ma traçe? Quelqu'un d'autre sait?

- Personne d'autres, Miss Coon.

Un bruit de defibrillateur se fit entendre et Samuels se raidit sur sa chaine, tremblant.
- Tzzz...J...Je...ahhhh

- Je te l'ai dit, te fout pas de ma gueule, qui d'autres sais?

- Moi.. haleta t'il encore sous le choc, ... je... j'ai remonté votre traçe en fouillant l'internet, les journeaux, les rapports de police, je savais qu'invariablement, vous auriez laissé des traçes, même quelconque mais que quelqu'un d'avisés sur votre passif pourrait reconnaitre. Je....J'ai questionné des gens, tenté de retrouver votre piste, mais je suis souvent arrivé trop tard, c'est comme cela que je suis parvenu jusqu'a vous.

- Et Bobby?

- C'etait vraiment mon frère, vous en voulez la preuve? Prenez mon portefeuille, vous verrez !

- Tu bouges pas, sinon tu te prend du jus, capito?

Kish se rapprocha de Samuels, dont le corps faisait tinter les chaines, en raison de la force qui s'appuyait dessus. Elle le fit tourner sur lui même pour avoir accès a sa poche arrière et y pris le portefeuille qu'elle ouvrit. A l'interieur, avec les cartes de visite, d'identités et de conduite, elle trouva une serie de photos, d'enfants, d'ados puis d'adultes de Bobby et de sa famille. La dernière montrait Bobby en tenue de Cadet de police avec Samuels et une jeune femme. La Légende a l'arrière de la photo marquait Robby, Chris et Tiff.
Pensive, Kishioma ne remarqua pas le mouvement de Samuels qui balança un morceau de métal a la tête de la jeune femme, l'assomant.


------------------------------------------
Port de Pêche abandonné, Alamo Sea

Sa tête lui faisait un mal de chien, l'impression d'avoir heurté un six tonnes sans protection et que maintenant une cloche sonnait en boucle. Une forte nausée la pris et elle se mit a deverser le contenu de son estomac sur le coté.
Elle sentis une main dans son dos, l'aidant, et la voix de Samuels.
- Doucement, allez y, j'avoue ne pas y avoir été de main morte, mais vous ne m'avez pas laissé le choix.

- Putain, retorqua t'elle en se laissant couchée sur le ponton de bois. Où on est?

- Alamo Sea, vous aviez raison, la vue est superbe, une biere? lui presenta t'il d'une voix douce.

Elle se releva légèrement et lui arracha la bouteille des mains, dont elle pris une rasade pour se nettoyer la gorge.
- Merci...Vous êtes pas du genre rancunier a ce que je vois.

- Vous vous protegiez, mais puisque nous avons commencé nos confidences, pourrions nous continuer sans que nous nous entretuons?

- A conditions que vous arretiez de chier sur la mémoire de Bobby.

Il leva la main et fit un signe scout.
- Promis, je ne dirais plus rien qui puisse vous mettres en rogne, j'espere juste que vous pourrez m'apprecier autant que vous l'avez appreciés lui.

- Et pourquoi serait ce le cas?

- Parce que j'ai une proposition a vous faire, comme je vous l'ai dit, je travaille pour la Compagnie ARES, hors celles-ci souhaite s'étendre vers la Californie.

- Et vous voulez que ce soit moi qui fassent le sale boulot?

- pas exactement, je comptais prendre mes aises dans la région, et vous prendre a mon service, a vous de choisir le poste, je compte en tout cas engager divers éléments, avocats, chasseurs de primes, detective privés.

- Et c'est quoi cette compagnie? une entreprise?

- Non, plutot une association, a l'image des Cold Cases qui fouillent les anciens dossiers pour les condamnés a mort, nous, on s'occupent également d'affaires anciennes: Disparitions, problèmes juridiques, en général, nous avons plutot un travail de proximité: les gens qui n'ont ni les moyens, ni les possibilités de se defendre ou autres, peuvent faire appels a nous.

- Je vois le genre, sauf que je n'ai aucunes competences

Samuels but une gorgée de sa biere et sourit vers Kishioma
- Je pense que vous vous trompez, vous en avez, mais vous ne pensez pas qu'elles sont là, a vous de voir ce qui vous convient: Reporter Freelance serait un bon début, le temps de vous remettre en selles, ensuite, peut être aller de l'avant, via les contacts que vous vous serez fait?
Qu'en dites vous?

- Et où ecrirais je vos "chroniques"?

- Via un site que je vous fournirais, il servira de Blogs pour vous et de moyens de contact pour nous.

Dakota regarda Samuels du coin de l'oeil.
- Dois je comprendre que c'est la première et dernière fois que nous nous voyons?

- Pas vraiment, cela dépendra de vous, auquel cas, ne vous inquietez pas, si j'ai besoin de vous rencontrer de nouveau, je vous recontacterais.

Il lui tendit une clé USB et lui caressa le front, là ou il l'avait bléssée.
- Je suis desolé encore, voici votre clé de service, nous vous fournirons des éléments pour faire votre job.
Sur ce, Bonne journée, je dois aller faire mon rapport. Peut être nous verrons nous un de ces jours, sans que cela ne finisse en petits meurtres entres amis.

Kish regarda la clé USB et cria vers Samuels qui s'eloignait vers sa voiture. Visiblement, elle avait été dans les vappes un bon moment.
- Et si je refuse votre proposition?

Il se retourna:
- Vous refuseriez un job payé alors que vous etes dans une merde financière ? J'ai quelques doutes.
Faites ce qu'on vous demande, repondez aux Clients, et normalement tout iras bien.
A un de ces jours, Quinn !



------------------------------------------
- Olw Creek Agency, que puis je pour vous?

http://nikitazkolibri.wixsite.com/adai
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #13 le: 20 12 2016, 16:31:03 »
Rip Quinn ! Mdrr
Elle revient, plus Groovy que jamais
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Konnor/Zoxe

  • *
  • 1604
    • Voir le profil
  • Nom InGame: ASAP PURPLE / ELVIS
Re : Re : Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #14 le: 07 01 2017, 00:46:31 »
Elle revient, plus Groovy que jamais
TRES BON A SAVOIR !!!!!!!!!!!


Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #15 le: 09 01 2017, 08:42:22 »
Hehe
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #16 le: 20 01 2017, 12:44:59 »
Nouvelle année Merdique

Me voila de retour a Ls, quelle merde, moi qui aurait préféré rester dans l'ombre tranquille. Pas le choix, ce connard m'as retrouvée. et sincèrement je me serait bien passée de revenir après ce qui m'etait arrivée la dernière fois.
Sauf que là, j'ai plus un rond, et mon job ne ramasse pas des masses.

Je me demande si je vais devoir refaire du tapin ou pas? D'un cotés, cela me ferait chier, parce que j'avais cessé , mais maintenant, plus rien n'est là, ni les amis, ni les ennemis.
Je me sens un peu perdue, et surtout qu'est ce que je me fait chier.

J'ai racheté une moto, et je roule, je roule pour ne pas avoir envie de me tirer une balle.
Qu'est ce que je fout là, bordel? Qu'est ce qu'il attendais de moi? J'ai plus rien a LS, et sincèrement je m'en cogne de leurs problèmes.

Mon problème numéro 1, c'est le pognon, et je dois me trouver un truc qui paie cash, sinon je vais mal finir a penser a cela.
J'ai des idées, c'est pas ce qui manque, mais qu'est ce que je peux y foutre? sans moyens, je suis comme une pierre: je coule.
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #17 le: 25 01 2017, 10:35:18 »
Fin janvier

J'ai retrouvé un job et me revoila a faire le point, regardant le plafond dans ma petite chambre de merde, louée a 170 balles.
J'ai rencontré une petite equipe, visiblement pas totalement des amateurs, qui tenaient un bar a strip sur Vinewood. Ca m'as permis d'obtenir un job, sauf qu'ils se sont un petit peu trop vite emballés, et je me voila embarquée.
Ca me rapelle de vieux souvenirs avec les Trinitarios quand j'avais tenté de faire une approche et que j'ai mentis sur mon nom. J'avais abandonnés mon statut civil de detective privé pour celui de Catin, et ca a fini comme brazo derecho au bout de quelques mois due a des morts successive.
Ici. presque pareils, sauf que ce ne sont pas des morts, encore que vu ce que j'ai vu.


J'ai fini par avouer mon passé après quelques jours, notement quand j'ai filé mon arme a un frère hispanique dans le besoin.
Même si je suis avec eux, je n'ai pas oublié mes serments et chez moi, dans ma tribu, une parole donnée est une parole donnée. Briser un serment, ce serait devenir comme les blancs, et cela, je ne peux pas me le permettre.
Ils m'ont traitée comme si j'etais une pauvre fille et que cela avait été dur. J'ai du changer ma facon d'être pour faire comprendre qu'il fallait pas me faire chier.
Je crois même que Brucie l'as très bien compris le soir même. Le Patron le soupsonnait de traitrise, si encore cela n'avait été que cela, oui, on aurait pus le mettre a l'epreuve, toussa.
Sauf que... ce con a manqué enormement de respect au chef de famille, et il y a deux choses primordiale dans le milieu: l'Obeissance et Le Respect au Supérieur.

Bruce a mangé a cause de son manque de respect, il a perdu son sang froid alors qu'il aurait dû possiblement le garder. Sourire face a la mort, dire "oui, patron" quand il demandait un truc, et "non, patron" si il le fallait.
Mais surtout pas jouer les cons comme il a fait.

Bon tant pis, ca a fait de bonne saucisse, dommage qu'on ai du laisser la majorité de la viande sur place, a l'Usine.
Je connais un petit patron qui va être content, même si je pense que la chaleur va gater le goût, mais il parait que les Français aiment la viande légèrement faisandée.
Juste dommage que Brucie n'ai pas acceptés de gouter a sa chair, du gaspillage.
On a fini par lui tirer une balle en pleine tête, on a gaché le meilleur selon moi, encore que....

Mais dans tout ce bordel, deux choses se sont profilée a l'horizon: 1° je me retrouve avec un nouveau petit "ami" a entretenir pour la cause, on va voir comment il est, je suis impatiente de voir comment peu se comporter la maison poulaga en dehors de leurs lois.
2° D. n'etait pas au courant de la mort de Brucie, il a fallu le prévenir, il n'as pas trop apprecié. Il voit la famille comme etant une part de sa famille, une vrai. Cela risque de poser problème en termes d'autorités, déjà que le Patron manque, a mon gouts de poigne, je considère qu'une décision du chef ne se remet pas en questions, a moins d'avoir des preuves.
C'est ce que j'ai essayé d'expliquer a D., notement que Bruce etait mort plus par son manque de respect evident face au boss, que pour une hypothetique trahison.
D. veut se venger, il a une idée sur le traitre, mais il n'en a rien dit. Il a en tout cas déterminer qu'il chercherait des preuves cette fois, pas des assertions.

Esperons qu'il fasse une bonne pioche. Moi de mon cotés, il va falloir que je reflechisse a ce diner avec l'agent D., j'espere qu'il aime la viande fine .
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Quinn-Marble

  • "Chicken little"
  • *
  • 215
  • Peace and Love, guys
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Quinn Marble/Gwenn Palmer/Leila Xianoly
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #18 le: 30 01 2017, 11:11:13 »


Pourquoi faut il toujours que je me retrouve dans des situations impossibles?

Xing m'as contacté depuis Las venturas pour qu'on se retrouve a Los Santos. Ce con avait toujours mon numéro après plusieurs mois sans nouvelles. N'ayant rien a foutre, je l'ai rejoins, pour découvrir qu'il comptait mettre en place un chapitre des Onibaku MC. Je n'ai pas trop compris mais d'après ce que j'ai pus comprendre, certains veulent s'étendre aux USA, et il a été choisis pour ce job.

Il a contacté tout ceux qu'il connaissait et certains ont répondus a l'appel. Nous avons alors découvert que ses "superieurs", lui avait filé un local, le temps de demarrer correctement.
Je me suis dit que quitte a demarrer, autant le faire dans un lieu moins dangereux, c'est ainsi que j'ai fini par prendre mes economies et acheter un bar sur Vinewood Avenue.
Après ammenagements, j'ai montré les lieux, ce qui a ravi le Daimyio.

L'autre truc que je pensais qu'il m'avait oublié, etait D. A la base, je l'avais rencontré quand j'etait stripteaseuse a LV, le probs c'est qu'il voulait sortir avec moi. Je n'avais pas de sentiments exclusifs pour lui, mais il etait attirés par moi, je me suis dit que je n'avais rien a perdre.
Grossière erreur, a croire que l'histoire n'est qu'un eternel recommencement.

Quelques semaines auparavant, j'avais été arretée par un flic, lors d'une manifestation routière avec d'autres. Il m'avait fouillé et j'avais fait jouer de mon charme pour qu'il passe outre. Ce qu'il a fait, contre un rendez vous avec moi.
Il n'avait pas fouillé ma moto mais cela n'avait aucune importance, etant dpnné que je n'avais que des armes légales dedans.
On s'est quitté sur cela ce soir là, etant donnés qu'il fut demandé pour son job, j'avais juste compris qu'il semblait deçu de son travail dans la police.

Par la suite, Je me suis mise avec D. Pensant qu'il comprendrait ce que je suis, deuxieme erreur, car il est possessif, et me voit comme son bien exclusif.
Et le boss qui ne semble pas avoir compris que je devais etre bien defoncée a la poudre lunaire lorsque je lui ai dit certains trucs, j'ai interêt a rattraper cela, putain.
Enfin soit, je me retrouve dans la même situation qu'il y a un an: maquée et avec un type que je trouve moyen, alors qu'un autre m'attire, plus interressant.

C'est vrai que je pensait l'utiliser, et lui même l'as pensé, il n'as pas eu tort, et je n'ai pas caché que je voulais eviter un controle quand on s'est rencontré.
Cependant, il est interressant et intègres. Il sait que certains du Club ont des casiers, il me l'as confirmé, ce qui indique qu'il s'est renseignés.
D'un autre cotés, il n'as pas envie que je fasse des conneries, si seulement il savait... seulement, comme lui, j'ai des principes stricts: la famille et le travail avant ma situation personnelle.
C'etait deja le cas, il y a un an, et j'ai eviter de faire certains trucs pour eviter que ca parte en couilles, cependant ici, je ne me gênerais pas: si j'ai envie de ce type, je l'aurais, D devra comprendre.

Cependant jouer double jeu a toujours un cout, et j'ai interêt a me mefier de ce dernier. D'ailleurs cela me fait penser qu'il va falloir que je commence a donner certaines directives, surtout par rapport a ce qu'a dit Dwight hier. On va devoir se montrer plus discret, moins voyants, du moins sur certains points. Faudra également qu'ils passent le test de fidélité, j'ai ma petite idée, faut juste que j'aille chercher mon joujou a l'ammunation. On va faire cela a l'ancienne.
Ensuite, je pense qu'on testera les runs, on doit s'entrainer a se deplacer ensemble, en formation, et c'est important. Le probs c'est qu'on a tous des vehicules différents, donc des vitesses différentes.
Faudra qu'on règle ce problème rapidement, histoire de pas avoir l'air de branquignols.

Dwight m'as filé une bague, j'aurais voulu refuser, mais j'avoue qu'il m'as touchée par ses paroles, je sais qu'il n'as pas tort, mais quand on vit dans certains milieux, on doit nier ce que l'on est, obligé, pour se faire respecter.
J'avoue me demander maintenant, si je pourrais lui tirer dessus.... et la reponse reste oui, j'hesiterais surement, mais comme lui, je fait ce que je doit, pour le bien de la famille.
J'espere qu'il comprendra....
"Le courage, c'est comme les Dollars, c'est rare d'en trouver et c'est dangereux d'en avoir trop !"
"Quand tu es poursuivi, l'important n'est pas d'aller plus vite que les flics, mais plus vite que tes potes. "

Hors ligne Metro boomin'

  • *
  • 983
  • Bande de fils de vos mères.
    • Voir le profil
  • Nom InGame: Paulo - J'H - Céci'
Re : Marble Quinn, une vie de chien
« Réponse #19 le: 30 01 2017, 14:56:09 »
Je lis pas,oui pardon.. pardon.. :'( je le referai plus !NOOOOOOOOOOOOOOOOON


**paulo seras tué pour crime contre l'humanitée**
The Parcours 78 :
LSPD : Sergent -- Inspecteur en chef.
LSSD : Commandant du TRU -- Capitaine du GU.
FBI : Directeur d'antenne fédérale.
NCC : Sécu'
Gouvernement : Gouverneur adjoint
Gaelics LS Rippers : Hooligan (R1 Mafia)
116th Black Disciples : R2
Rollin' height ballas : R1
Leave... a plus !